Une trentaine de personnes étaient présentes à la vigile du 31 janvier organisée dans les bureaux du Congrès maghrébin du Québec, sur la rue Lajeunesse, au lendemain de l’énorme rassemblement au métro Parc. Une vigile plus modeste, certes, mais commentée et réfléchie, où les participants ont pu partager leurs impressions. La plupart étaient encore sous le choc de la tuerie qui a eu lieu à la mosquée de Sainte-Foy le 29 janvier dernier.

«Mon père aurait pu se sauver très facilement de la mosquée, mais il a décidé de faire face. Il a combattu», raconte le fils de l’homme assassiné alors qu’il tentait courageusement de désarmer le tueur, dimanche soir, à la mosquée de Québec.

Le controversé prédicateur Adil Charkaoui était en «position de combat» pendant l’altercation survenue lors d’une partie de soccer au Collège de Maisonneuve entre lui et Édit Joseph, en février 2016, selon le témoignage de ce dernier rapporté par plusieurs médias.