Les consultants «canada dry». Certains se disent spécialistes en immigration, d'autres consultants, d'autres encore conseillers ; bref, autant de termes qui peuvent tout dire et ne rien dire en même temps.

Nés sous le soleil, différents mais tous pareils….
‘’Douceurs kabyles, envoûtements touaregs, chaoui poétique, rai d'Oran, chaabi d'Algérie et phrasés rap-ragga couchés sur guitare acoustique et peaux de percussions font l'originalité de ce " RAÏ-HOP " SYNCOPAL’’

Jamais autant d'Algériens ne s'étaient réunis aussi nombreux à Montréal en un même endroit pour célébrer un quelconque événement. Loin d'être négligeable, ce dernier marquait le 40e anniversaire de l'indépendance algérienne. Un événement que les autorités diplomatiques algériennes au Canada voulaient grand, très grand, «un peu à la hauteur des relations qu'entretiennent les deux pays», nous dit un diplomate algérien en poste à Ottawa.

C’est sous les applaudissement d’une foule venue nombreuse au centre Molson pour assister à la collation des gradés (nouveaux diplômés) que la grande dame de la littérature algérienne Assia Djebbar a reçu un doctorat honoris causa de l’université canadienne Concordia pour la totalité de son œuvre.

L’ouverture d’une ligne aérienne Montréal-Alger a déjà fait couler beaucoup d’encre. Il est fort à parier que tant et aussi longtemps qu’une solution n’est pas apportée à cet irritant problème, la communauté algérienne au Canada ne dérougira pas, surtout lorsque les prix des billets d’avion grimpent, pour atteindre une somme avoisinant les 2 000 $ canadiens.

Investir pour l’avenir de nos enfants

« Le peuple berbère à une histoire, une mémoire, une culture, une civilisation. On n’a pas le droit de l'occulter.... »

C’est un signal politique très fort et chargé de sens que vient de lancer Ottawa en direction d’Alger en mettant fin au moratoire sur le renvoi des ressortissants algériens qui vivent en situation irrégulière sur le territoire canadien. Rappelons que le moratoire a été décrété le 4 mars 1997 et rendu permanent au mois de septembre de la même année.

Fondé en 1998, le Centre amazigh de Montréal (CAM) est un organisme socioculturel à but non lucratif qui a pour mission d'œuvrer au bien-être et à l'intégration de la communauté amazighe dans la société d'accueil. Initié par des Algériens, ses membres comptent aujourd'hui quelques Québécois et Maghrébins.