Une fois de plus, le pouvoir algérien manque le train de l’Histoire. Au lieu de répondre à des aspirations populaires légitimes de demande de changement d’un système politique qui a ruiné la nation et asservi le peuple,

au lieu de prendre la mesure des périls qui guettent l’Algérie, le pouvoir choisit un week-end pour s’assurer du monopole de la communication et s’essaie encore à la manoeuvre et aux provocations pour créer la diversion. Après avoir fait parler son vice-premier ministre qui a exclu la levée de l’état d’urgence et rappelé l’interdiction de la marche du 12 février à Alger, le régime engage le chef de l’État pour louvoyer et promettre une possible levée de l’Etat d’urgence avec interdiction de manifestations publiques sur Alger.

Ce dernier ordonne à ses radios de solliciter l’avis des initiateurs de la marche en vue de manipuler leurs déclarations.

L’ouverture politique et médiatique, revendiquée, appelle une volonté politique claire qui ne saurait s’accommoder avec les ruses et les tergiversations qui ont mené notre pays au désastre actuel.

Nous invitons les Algériens du Canada à rester mobilisés pour le rassemblement du 5 février devant le consulat d’Algérie à Montréal et à faire preuve de la plus extrême vigilance dans ces moments de grande tension pour maintenir le cap sur la voie d’un changement démocratique pacifique attendu par notre peuple depuis 1962.

Vive la jeunesse algérienne
Vive l’Algérie démocratique et sociale
Vive l’Afrique du Nord démocratique


Pour information : 514 722-5690 • 514 328-1973 • 514 754-0691 • 514 586-3151 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
RCDCANADA – COMMUNIQUÉ

 

{jcomments lock}