Deux morts et 43 blessés, tel est le bilan provisoire, annoncé par le ministère de l’Intérieur, du violent séisme qui a secoué hier la commune Béni Yelmane (anciennement Melouza), 60 km au nord de M’sila. La terre a tremblé à 13h29. La magnitude de la secousse tellurique était de 5,2 sur l’échelle de Richter, selon le Craag. Cette violente secousse a été ressentie, selon plusieurs témoignages, dans différentes localités des deux wilayas M’sila et Bouira sur un rayon de plus de 100 km. L’épicentre a été localisé dans la commune d’Aïn Oulmane (nord de M’sila). Les habitants des communes limitrophes Ouanougha, Béni Yelman (M’sila), Mesdour, Borgj-Ghris, Ouled Rached, Behloul (Bouira) et la ville de Bouira ont ressenti la secousse. La commune la plus touchée reste Béni Yelmane qui a enregistré, à elle seule, selon le premier bilan, 2 morts et 43 blessés dont 23 ont été gardés sous contrôle médical. Plusieurs habitations, notamment celles construites en toub, se sont effondrées. Les maisons construites en dur ont subi des fissures. “Il y avait beaucoup de peur et de panique parmi la population. La secousse a duré environ une minute. Nous l’avons bien ressentie et tout le monde a essayé de sortir”, dira un habitant de Bendaoud, 70 kilomètres de Bordj Bou-Arréridj.
Selon nos sources, une mosquée s’est effondrée dans cette région mais fort heureusement les fidèles avaient quitté les lieux. Les villages relevant des communes de Ouanougha, Béni Yelman ont enregistré à leur tour d’importants dégâts matériels. Les anciennes habitations se sont effondrées. Fort heureusement les habitants ont réussi à fuir leur maison à temps.
Quant aux nouvelles constructions, elles ont subi des fissures importantes. Dans certaines localités relevant de la wilaya de Bouira, il y avait plus de peur que de mal. Des mouvements de panique ont été signalés dans ces localités où les citoyens avaient quitté leur domicile. À Mesdour, les fidèles qui accomplissaient la prière du vendredi l’avaient interrompue suite à la forte secousse ressentie à l’intérieur même de la mosquée.
À Bouira, même s’il y avait la panique, certains imams ont pu rassurer les fidèles en les exhortant d’évoquer le nom de Dieu le Tout-Puissant “soubhan Allah”. Juste après l’annonce du séisme, les secours ont été dépêchés sur les lieux.
Il faut noter que la région a connu un élan de solidarité comme à l’accoutumée. Des dizaines de citoyens des régions limitrophes ont accouru vers les victimes pour les réconforter et leur apporter aide.
Le chef de l’exécutif de la wilaya de M’sila s’est déplacé sur les lieux pour constater les dégâts et secourir les victimes.

Source: Liberté - Edition du 15 mai 2010

Plus Lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tous