Le compagnon d'une femme arrêtée pour avoir conduit sa voiture vêtue d'un niqab a démenti lundi être polygame, comme l'en soupçonne le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux.

Le ministre demande que ce citoyen français musulman, soupçonné de polygamie et de fraude aux allocations (prestations fiscales), soit déchu de sa nationalité française.


Liès Hebbadj, le citoyen en question, né à Alger, aurait quatre femmes, et chacune bénéficierait de l'allocation de parent isolé - des délits qui méritent, selon le ministre, la déchéance de la nationalité française, obtenue après s'être marié avec une Française en 1999.


Cependant, juridiquement, la demande du ministre de l'Intérieur semble difficile à réaliser.


Son collègue, le ministre de l'Immigration Éric Besson, a d'ailleurs reconnu dimanche qu'il serait délicat de prouver la polygamie du citoyen mis en cause.


M. Besson a expliqué que l'homme pouvait vivre avec plusieurs femmes, les avoir « épousées » devant un imam et ne s'être marié qu'une seule fois civilement. Il ne serait alors pas condamnable.


De plus, aucun des deux délits évoqués par Brice Hortefeux ne peut provoquer la déchéance de nationalité.


Épouses ou maîtresses?

L'homme qui est au coeur de la polémique a admis avoir des « maîtresses ».

« Si on est déchu de sa nationalité française parce qu'on a des maîtresses, alors beaucoup de Français peuvent l'être, les maîtresses ne sont pas interdites par l'islam, peut-être par le christianisme, mais pas en France que je sache », a-t-il déclaré.

L'opposition critique le gouvernement

La gauche française a déploré un coup médiatique de la part de la droite, qui se servirait de cette affaire pour promouvoir sa future loi sur l'interdiction du port du voile intégral, annoncée par Nicolas Sarkozy.


Une des organisations islamiques françaises, le CFCM (Citoyens français de confession musulmane), a déploré qu'un « élément marginal » ait pris une telle importance médiatique et n'a pas souhaité donner son avis sur le fond de l'affaire.


Il a estimé qu'en 2008, 9400 cas de fraudes aux allocations familiales représentant « des dizaines de millions d'euros » avaient été constatés en France, l'allocation de parents isolés faisant l'objet des fraudes les plus fréquentes.


Des tirs contre une mosquée

La mosquée d'Istres, dans les Bouches-du-Rhône, et une boucherie hallal de Marseille ont été la cible de tirs le week-end dernier.


À Istres, 23 impacts de balle ont été relevés sur la façade de la mosquée dimanche matin, selon une source judiciaire.


À Marseille, la façade d'une boucherie musulmane située dans le 15e arrondissement a été criblée d'une vingtaine de projectiles dimanche soir.

Plusieurs associations de lutte contre le racisme voient dans ces événements la manifestation d'une islamophobie ravivée par le débat sur le port du voile intégral (niqab et burqa).

Le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) a relevé que cette fusillade n'avait pas fait l'objet de communication officielle, alors que l'affaire de la conductrice voilée interpellée et de son mari taxé de polygamie domine les débats médiatico-politiques depuis trois jours.

Pour Faouzi Lamdaoui, du Parti socialiste, les deux fusillades sont les « conséquences directes de la politique hasardeuse du gouvernement qui consiste à stigmatiser une partie de la population française [les musulmans] ».

 

{jcomments lock}