Un Montréalais a eu une surprise de taille en apprenant que son dentiste venait d’être sanctionné par l’Ordre des dentistes du Québec. Pourtant, il l’avait dénoncé à maintes reprises, en vain.

« Ils ne m’ont jamais appelé, ne m’ont jamais contacté d’aucune façon durant leur enquête. C’est moi le patient, c’est moi la victime dans cette histoire », déplore Hocine Bouhous qui, durant deux ans, a envoyé plusieurs lettres à l’Ordre des dentistes pour connaître la progression de l’enquête. La conclusion : le dentiste en question n’était pas fautif.

M. Bouhous dénonce d’autant plus le fait qu’il a dû porter sa cause devant la Cour des petites créances pour obtenir réparation et que son dentiste avait déjà des antécédents en la matière.

Dents brisées et trouées

Le calvaire de M. Bouhous a débuté en 2008, lors de sa première visite chez le DrMichel Laporte, affirme-t-il.

En raison d’une phobie de jeunesse, M. Bouhous a laissé passer plusieurs années avant d’aller voir un dentiste. Le Dr Laporte lui a donc indiqué que des traitements seraient nécessaires, dont l’extraction de plusieurs dents en vue d’installer un partiel.

Selon M. Bouhous, il est toutefois reparti de la clinique en moins bon état qu’il y était arrivé, après avoir déboursé plusieurs centaines de dollars.

« Il m’a brisé une dent de l’intérieur, m’en a troué une autre et me l’a remplie avec une substance noire lors d’un traitement », témoigne M. Bouhous, en exhibant une dent inférieure au travers de laquelle une tache grise foncée est bien visible.

Après plusieurs semaines d’attente, M. Bouhous aurait enfin reçu son partiel, et ç’aurait été la goutte qui a fait déborder le vase.

« Il n’était pas du tout conçu pour la taille de ma bouche. Tellementqueçamefaisaitsaigner. Je n’ai jamais été capable de le mettre », affirme-t-il.

Interdiction de l’Ordre

Après avoir consulté un autre dentiste qui lui a assuré que les traitements du Dr Laporte n’étaient pas conformes, M. Bouhous a déposé sa plainte.

L’Ordre des dentistes a récemment interdit au Dr Laporte d’offrir des traitements de prosthodontie, qui consistent notamment à installer des prothèses dentaires, en raison de plaintes similaires déposées par plusieurs patients.

M. Bouhous songe désormais à poursuivre en dommages et intérêts l’Ordre des dentistes, qui n’a pas voulu commenter le dossier.

Source: 24HeuresMontreal - Page 14

http://www.24hmontreal.canoe.ca/24hmontreal/actualites/archives/2012/05/20120509-181821.html

 

 

Plus Lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tous