Le coiffeur algérien, Ziani Zahir, vient d’être nominé dans la catégorie «Fashion Forward», une cérémonie qui sera organisée à Las Vegas (USA) le 31 juillet 2011 par le NAHA (North American Hairstyling Awards).

C’est une compétition qui s’articule autour de 13 spécialités bien distinctes. Il s’agit du concours de beauté le plus prestigieux de photographie en Amérique du Nord (USA et Canada), destiné à célébrer le talent artistique et la compétence de l’industrie des salons professionnels. Le prix d’excellence est attribué chaque année aux talentueux artistes qui se sont illustrés au pays de l’Oncle Sam et au Canada. La reconnaissance et la distinction du «NAHA» constituera un plus dans la hiérarchie des coiffeurs artistes. Nous avons rencontré Zahir Ziani qui vient d’effectuer un furtif détour en Algérie (5 jours, ndlr) pour rendre visite à ses parents et sa famille. Surpris en train  de prendre une photo avec une petite gazelle à l’intérieur d’une tente remplie d’objets d’artisanat algérien, plantée par un citoyen de Biskra au port de Tipasa, Zahir nous a aussitôt confirmé l’information.

«Quelle heureuse retrouvaille, nous balance-t-il. Oui, je suis nominé dans la catégorie Fashion Forward et invité à la réception du Red Carpet à Las Vegas, indique-t-il, c’est une sorte de Festival de Cannes dans le domaine de la coiffure, du design des salons. Je vous avoue sincèrement que je ne m’attendais pas à cela. J’ai coiffé une jeune Anglaise mannequin à New York. Elle avait été prise en photo. Au salon, j’étais stressé en essayant de concevoir une coupe nouvelle selon sa chevelure et son physique, ajoute-t-il. Lors d’un défilé de mode de haute couture à New York, elle avait été assaillie par des photographes. Des magazines spécialisés avaient publié sa photo et me voilà nominé aux côtés des artistes coiffeurs de grande renommée en Amérique du Nord, que je nommerai volontairement, Stève Elias, Jacke Thompson, Chrystofer Benson et le duo Michael Albor-Donna Hamilton. Incroyable n’est-ce-pas», s’interroge-t-il. Notre compatriote est fier, d’autant plus que la cérémonie aura lieu la veille du mois de Ramadhan. «C’est un mois qui me plonge dans la tradition algérienne, précise-t-il, malgré l’éloignement. Je tiens à nos coutumes, car faire le Ramadhan, pour moi, me procure de la joie et de la sérénité. Je ne peux pas renier mes racines algériennes», déclare-t-il.

Zahir Ziani est âgé de 42 ans. Il ne s’est pas rendu compte du défilé éclair des années. Il est absorbé par le volume et l’intensité de son travail. «Arriver à ce niveau mondial de la coiffure n’était pas une mince affaire pour moi, dit-il. J’ai vécu des moments très durs loin de ma famille. D’ailleurs, je me prépare à une mission dès mon retour à New York. Je dois me rendre en Inde afin de créer une académie de la coiffure à New Delhi et ouvrir notre premier salon dans ce grand pays, à compter du mois de novembre 2011, en attendant de voir se manifester des professionnels sérieux en Algérie, pour espérer ouvrir un salon, qui portera notre marque bien entendu dans l’un des grands hôtels dans mon pays, car après l’Inde, et à la suite de mes contacts avec des hommes d’affaires des pays du Golfe, notre compagnie, Red Door Spas, compte s’implanter au Qatar et au Bahreïn, pour répondre à la demande d’une clientèle bien précise», nous dévoile-t-il. Zahir Ziani est le directeur artistique de Red Door Spas, un puissant groupe appartenant à Elizabeth Arden, créé il y a plus d’un siècle.

La notoriété de Zahir Ziani lui avait permis d’être choisi par Elizabeth Arden, afin de concevoir les espaces des salons suivant les goûts des clients et la culture de chaque région des pays d’abord et ensuite gérer l’animation de l’une des activités de Red Door Saps, en l’occurrence la coiffure, qui attire de plus en plus une clientèle mixte. Il existe plus d’une trentaine de salons de coiffure d’Elizabeth Arden opérationnels aux USA et au Canada. Des services tels que le massage, la remise en forme, le maquillage, l’esthétique corporelle, la manicure, la pédicure et la coiffure au pluriel sont proposés aux femmes et aux hommes d’un standing élevé. Le coût d’une coiffure n’est pas à la portée d’une clientèle aux revenus moyens. Zahir Ziani se charge depuis son recrutement de la formation des coiffeurs et de la conception du design de chaque salon de coiffure qui relève du groupe Red Door Spas à travers le monde, en plus de la pratique de son métier de coiffeur. «Ma devise que j’avais inculquée à tout notre personnel actif dans nos salons d’Elizabeth Arden, nous précise-t-il, ne doit pas dévier de ça, accueillir des princesses et des princes pour les transformer en stars.»

Il avait coiffé dans les salons Red Door Spas aux USA des stars du show-business et de la politique. On rappelle quelques noms ; le comédien Georges
Hamilton, le footballeur Tom Brady, Giselle Bündchen, mannequin et ex-compagne de Léonardo Di Caprio, Chelsea, la fille de Bill et Hillary Clinton,
Cécilia, l’ex-épouse de Nicolas Sarkozy, des princes et princesses arabes. Le souhait de Zahir Ziani demeure l’ouverture d’un salon de coiffure qui portera sa marque (Zahir, ndlr) au Madison avenue à New York d’abord, ensuite un second en Floride et enfin à Alger. «Vous savez que l’ouverture d’un salon de coiffure de 15 à 20 fauteuils à New York coûte jusqu’à 5 millions de dollars, nous avoue-t-il ; donc, je dois travailler beaucoup pour atteindre mon objectif, car j’ai ma clientèle aux USA, au Japon et en Europe», conclut-il. L’émotion se lit sur le visage de notre artiste célibataire. Il s’apprête à quitter l’Algérie. Il foulera le Red Carpet du NAHA en ce dernier jour du mois de juillet 2011 à Las Vegas avec fierté devant une assistance impressionnante. Un rêve se réalise pour Zahir, mais de nouveaux objectifs se profilent à l’horizon de cet artiste coiffeur qui rase les murs, quand il vient se ressourcer dans sa terre natale.   

Source: El Watan

Plus Lus

  • Semaine

  • Mois

  • Tous