L’Algérie signe avec le Canada son 8e accord bilatéral: Remboursement anticipé de la dette algérienne

L’Algérie et le Canada ont signé hier à Alger un accord bilatéral de remboursement par anticipation de la totalité de la dette algérienne rééchelonnée vis-à-vis de ce pays pour un montant équivalant à 255 millions de dollar, portant à 8 le nombre d’accords bilatéraux conclus par l’Algérie depuis la signature de l’accord multilatéral avec le Club de Paris en mai dernier.

Selon un rapport de l’Université du Maryland: L’Algérie, pays « vulnérable aux conflits »

Tandis que la perception de l’Algérie à l’extérieur commence à changer, une étude de l’Université du Maryland (Etats-Unis) apporte une analyse pessimiste sur la situation politique et sociale de notre pays. Quel est le point en commun entre l’Algérie, la Somalie et le Pakistan ? En apparence aucun, sauf qu’une étude menée par l’université du Maryland intitulée Peace and conflict 2005 classe ces pays parmi les plus « vulnérables ».

Canada: Curieuse coïncidence autour du décès de deux Algériens

Curieuse coïncidence à Montréal qui nourrit deux drames liés au décès de deux Algériens presque inconnus de la communauté algérienne. Apres l’affaire Zaoual Abdelmadjid, dont la dépouille a été rapatriée le 17 mai 2006 à Annaba, c’est un autre Algérien, originaire de Draâ Ben Khedda (Tizi-Ouzou), qui se trouve depuis la fin du mois d’avril 2006 dans la même situation.

DU KIRPAN... À LA CHARIA?<BR>Promouvoir la laïcité et non l'imposer

Le Québec se questionne de plus en plus sur la place de la religion dans l'espace public, un espace qu'il souhaite laïque depuis la Révolution tranquille. Étouffée historiquement par le cléricalisme, la société québécoise considère à juste titre cette laïcité comme un acquis qu'il faut savoir protéger. Or, aujourd'hui, cet acquis, qui n'est d'ailleurs consacré dans aucune loi, semble mis à mal par la résurgence dans l'espace public de multiples symboles et revendications à caractère religieux. L'expression religieuse aurait en effet le vent en poupe, suscitant de ce fait la crainte d'un retour en arrière. La question, fort légitime, est donc posée : la laïcité québécoise est-elle en danger ?