Rabah Saadane, ancien sélectionneur national: «Le poste de DTS ou DTN m'intéresse»

Il a démissionné de son poste de sélectionneur, le 4 septembre 2010, au lendemain du match nul concédé à domicile face à la Tanzanie (1-1)

L'ancien sélectionneur de l'Equipe algérienne de football, Rabah Saâdane, a révélé hier vouloir reprendre du service, mais en «tant que directeur technique sportif (DTS) ou directeur des équipes nationales (DEN)», une année après avoir quitté la barre technique nationale. «Après une année d'inactivité, je pense que le moment est venu pour moi de reprendre du service, mais en tant que DTS ou DEN, car je ne ressens plus l'envie d'entraîner et de diriger une équipe», a affirmé Saâdane dans une interview accordée au site spécialisé "Al Hassade".

Rabah Saâdane a démissionné de son poste de sélectionneur le 4 septembre 2010, au lendemain du match nul concédé à domicile face à la Tanzanie (1-1), en match comptant pour la 1re journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations CAN-2012.

«J'ai reçu une proposition de la fédération algérienne (FAF) pour occuper le poste de DEN, mais j'ai poliment décliné cette offre, car j'avais envie de me reposer et prendre du recul. Maintenant, si la FAF me relance je suis prêt à accepter de relever ce nouveau défi», a-t-il ajouté, précisant au passage qu'il a été sollicité par certains clubs. «J'ai reçu des propositions de certaines équipes de Ligue 1, mais je les ai toutes déclinées, car elle ne correspondent pas à mes ambitions, en plus des problèmes dont elles souffrent», a déclaré l'ancien coach national, qui précise que son retour en tant qu'entraîneur ne saurai se réaliser que «sous des conditions.» Appelé à se prononcer sur l'élimination de la sélection nationale dans la course pour la qualification à la CAN-2012, prévue au Gabon et en Guinée-Equatoriale (21 janvier-12 février), Saâdane, y voit un «échec total.» «Le travail que j'ai effectué avec cette équipe pendant 3 ans a tout simplement été cassé. Il aurait été mieux pour la FAF d'installer des entraîneurs et techniciens locaux après mon départ pour assurer la continuité, mais ça n'a pas été le cas. Même Benchikha qui m'avait succédé ne connaissait pas bien l'équipe. Justement, c'est là où réside l'importance d'une DEN pour assurer la coordination entre les clubs et les équipes nationales, et le suivi des joueurs», a-t-il précisé.

«C'est vraiment regrettable de constater l'absence de l'Algérie lors de la CAN-2012. Tout le monde doit assumer cet échec, qui est le résultat du manque de planification et de continuité dans le travail», a affirmé Saâdane, qui avait conduit les Verts aux demi-finales de la CAN-2010 en Angola. Concernant le travail effectué par Bosnien Vahid Halilhodzic à la tête de l'Equipe nationale, Rabah Saâdane pense qu'il est un peut tôt pour le juger. «Je pense qu'il est un peu tôt d'avancer quoi que se soit sur le travail de ce sélectionneur, qui est en train de superviser et de choisir les joueurs sur qui il pourra compter à l'avenir. C'est un technicien respectable qui a fait ses preuves par le passé. Nous devons attendre six mois pour juger son travail», a-t-il estimé. Outre une place au dernier carré de la CAN-2010, Rabah Saâdane avait permis à l'Algérie d'arracher son billet pour le Mondial 2010, après 24 ans d'absence.

Source: L'Expression

Les commentaires sont fermés.