Entretien avec Mehdi Carcela: «Le match contre l'Algérie est une rencontre qu'il faut gagner»

Mehdi Carcela nous confirme que son dossier est devant la FIFA et qu'aucune décision n'a eu lieu pour le moment. Le joueur de Standard de Liège nous parle aussi de son parcours et ses ambitions.



Le Matin : Des rumeurs ont circulé, mercredi, sur le fait que la FIFA vous a donné le feu vert pour porter le maillot de l'équipe du Maroc ?

Mehdi Carcela : Ce n'est que des rumeurs. Pour le moment, il n'y a aucune décision de ce genre. Personnellement, je ne suis pas avisé d'une quelconque décision. Je ne peux donc rien dire à ce sujet.

Vous avez récemment rencontré Eric Gerets, qu'est- ce qu'il vous a dit exactement ?

Effectivement, j'ai rencontré Gerets qui est venu me voir lors d'une séance d'entraînement ici au Standard de Liège. Il m'a dit tout le bien qu'il pense de moi en tant que joueur, mais surtout que je suis un joueur qui correspond bien à la sélection du Maroc et qu'il ne faut pas attendre l'Espagne.

Vous avez probablement suivi le mach amical Maroc-Irlande du Nord, qu'est ce que vous pensez de la prestation des Lions de l'Atlas ?

Je n'ai pas suivi tout le match. Mais sur ce que j'ai vu, on voyait que l'équipe du Maroc jouait très bien au football. Il y avait une détermination des joueurs sur le terrain qui ont montré une fierté de défendre le maillot. En revanche, il y a aussi quelques problèmes défensifs qu'il faut vite corriger.

Le Maroc affrontera en mars prochain l'Algérie, un mot sur ce derby maghrébin ?

C'est une rencontre dont tout le monde parle. La rivalité entre les deux équipes fait que c'est un match difficile pour les deux équipes. Mais c'est un match qu'il faut absolument gagner.

Est-ce que vous suivez un peu le football marocain ?

Oui, je connais les équipes comme le WAC, le Raja etc. J'ai même suivi l'année dernière le match de la dernière journée entre le WAC et le FUS qui a vu le club Casablancais remporter le titre du champion.

Quels sont vos débuts footballistiques ?

J'ai commencé à jouer au football à l'âge de 5 ans au Standard de Liège. Cela fait donc 15 ans que je suis au club. J'ai évolué dans toutes les catégories de jeunes avant d'arriver à l'équipe première.

Est-ce que vous connaissez certains joueurs de l'équipe du Maroc ?

Oui notamment le dernier arrivé, Nacer Chadli, avec qui j'ai joué au Standard jusqu'à l'âge de 15 ans. C'est mon ami d'enfance. Je connais aussi M'Barek Boussoufa que je rencontre chaque fois que le temps le permet soit à Bruxelles ou à Liège.

Quels sont vos points forts en tant que joueur ?

J'aime évoluer sur le flanc droit. Je peux aussi jouer milieu offensif. Mes qualités sont la vitesse, la double accélération, ma technique, ma vivacité et ma frappe de balle.

Et c'est quoi vos points faibles ?

Parfois je joue trop facile et ça me joue des mauvais tours. Il faut que je gomme se laisser aller et rester concentré toute la partie.

Vous avez été retenu parmi les 100 meilleurs talents mondiaux de football, qu'est-ce que ça vous fait d'être reconnu comme tel ?

Pour un début c'est bien, mais je ne compte pas m'arrêter là. Je compte travailler dur pour continuer ma progression et figurer parmi les meilleurs joueurs mondiaux et non pas parmi les 100 meilleurs.

La presse espagnole a rapporté ces derniers temps que Zinedine Zidane vous a conseillé au président du Real Madrid, Florentino Perez, est-ce que vous avez entendu parler d'un intérêt quelconque du club madrilène à votre égard ?

Comme vous j'ai lu ça dans la presse et si les médias en parle c'est que ça doit être probablement vrai.
Le fait que le Real se renseigne à mon sujet est flatteur. Et ça me motive à travailler encore plus pour espérer un jour rejoindre un grand club européen.

Votre contrat avec le Standard court jusqu'en 2015, quelle pourrait être votre prochaine destination ?

Le championnat espagnol me séduit beaucoup. J'espère intégrer un jour l'un des grands clubs espagnols.

Un mot pour le public marocain ?

Il faut continuer à supporter l'équipe du Maroc qui est l'une des meilleures au monde quand elle évolue à son meilleur niveau.



Source: Le Matin