Un supporter égorgé et un autre gravement blessé à Constantine. Un derby qui se termine dans le sang

Et ça repart avec de nouvelles scènes de violence dans nos stades!



Selon des témoins sur place, la scène était horrible. Un jeune supporteur de 19 ans répondant au nom de B. I. a été froidement égorgé juste à la fin du match derby ayant opposé le CSC et le MOC, vendredi dernier au stade Hamlaoui de Constantine.

La victime est toujours en soins intensifs, après une intervention chirurgicale, a-t-on appris de source hospitalière. L’agression a eu lieu au niveau des tribunes qui n’ont pas été épargnées. Saccage et jets de bouteilles, ont été le tableau par lequel on pouvait décrire cette fin de match. Le phénomène de la violence dans les stades n’est certes pas propre à l’Algérie, mais il est devenu presque banal et à ce stade, la situation est gravissime. Le football est sorti de son contexte comme discipline sportive censée regrouper le public pour un instant de détente, il est devenu plutôt une base-arrière pour règlement de compte. Malgré le dispositif sécuritaire impressionnant, dressé en la circonstance au stade, et même dans la ville, le pire n’a pu être évité et en plus de l’agression enregistrée, un autre jeune avait été gravement blessé après une chute survenue lors des bagarres. Le problème avait été abordé au début du mois d’octobre dernier par le ministre de la Jeunesse et des Sports, lorsqu’il avait parlé, en marge des travaux de l’Assemblée populaire nationale d’un projet en cours qui traitera du phénomène des violences dans les stades algériens. Cependant le ministre soulignera, en ne révélant rien sur les tenants de ce projet, que le contenu sera exposé au moment opportun.
M.El Hachmi Djiar, en sa qualité de premier responsable du sport en Algérie, avance que le gouvernement s’est sérieusement penché sur le problème et ne cache pas que cette situation gagne de plus en plus du terrain, et en attendant de voir le contenu de ce projet qui, a priori, tarde à venir, les affres de la violence continuent de caractériser les lieux publics sportifs.
La commission chargée de combattre le phénomène, installée au début de la saison footballistique et présidée par l’ex-arbitre international, en l’occurrence Abderrahmane Bergui, ne pourra pas, selon toute vraisemblance, avancer uniquement avec des campagnes de sensibilisation, la tâche est vraiment difficile et il va falloir prendre des mesures plus fermes et sévères à l’encontre des supporters par des décisions de justice comme cela se fait sous d’autres cieux.

Car même un dispositif sécuritaire draconien, engageant des centaines de policiers, ne sera pas en mesure de maîtriser les dérapages des supporters, qui se déplacent par milliers dans les stades.

Il y a plus d’une année, un supporteur du CSC avait été assassiné à Skikda lors d’un match, cela n’est pas suffisant peut-être pour que les instances compétentes s’engagent fermement et officiellement à remettre le sport dans son contexte et pourquoi pas, se rapprocher davantage des comités de supporters avec un intérêt plus sérieux et à la fois déterminé à cerner les contours du phénomène.

Source: L'Expression