Rue barrée pour cause de foot

C'est la complainte des Algériennes, ce chant strident et très aigu qui nous avait marqués à l'époque de la guerre d'Algérie, qui m'a ramené sur terre. J'allais attaquer ma deuxième pâtisserie à La Table Fleurie d'Algérie après être demeuré comme hypnotisé devant ces merveilles multicolores, ces petits gâteaux qui sont aussi des fleurs. Un plaisir pour l'oeil, comme ils disent...

Les femmes se sont mises à chanter et des pétards, beaucoup de pétards, à exploser. C'était soit une émeute, soit la fin du match Algérie-Égypte.

Le flash de l'émeute n'était pas farfelu. Nous étions rue Jean-Talon entre Saint-Michel et Pie-IX, un tronçon de rue connu sous le nom de petit Maghreb.

Il y avait des policiers partout, même sur les balcons, avec des téléphones, la rue était barrée, et vous savez peut-être que le match avait une saveur particulière.

La semaine dernière, lors d'une visite au Caire, les joueurs de l'équipe algérienne ont été attaqués à coups de pierre par des fans égyptiens, sans que les autorités interviennent. Les présidents des deux fédérations de foot ont refusé encore hier de se serrer la main.

Heureusement pour la rue Jean-Talon, l'Algérie a battu l'Égypte (1-0), hier à Khartoum, et s'est classée pour la ronde finale de la Coupe du monde en Afrique du Sud. Je ne suis pas certain que les policiers auraient eu la tâche aussi facile si l'Algérie avait perdu. Avec ces Algériens que les autres Maghrébins considèrent comme les vrais guerriers du désert...

Ce tronçon de la rue Jean-Talon, je l'ai parcouru des centaines de fois pendant ma jeunesse. Il était surtout italien à l'époque. Ne reste d'italien que quelques vieux commerces. Les Italiens ont émigré vers le nord-est de la ville.

Le vieux restaurant Seventeen, rebaptisé Le 17e Avenue depuis la loi 101, a survécu aussi et la même madame grecque sert les mêmes hot-dogs et hamburgers depuis 35 ans. On n'a d'ailleurs jamais su pourquoi le restaurant s'appelait Le 17e Avenue, puisqu'il est situé au coin de rue suivant, sur Léonard-de Vinci. Mystère...

J'y amenais ma première blonde (allo, Marie-Thérèse...) et c'est peut-être pour ça qu'elle m'a quitté.

Aujourd'hui, vous passez devant le Dépanneur Nour, le Café Safir, El Bahdja Musique, le Cyber Café Nahja, la Pâtissetie du Grand Maghreb, Coiffure Sahara, la salle de l'Association musulmane Dar-Al-Arkam, la Boucherie du Grand Maghreb, la Table Fleurie d'Algérie...

Quand vous vous y rendez en été, vous entrez dans la casbah Jean-Talon, pleine de vie, de joie et de couleurs.

Un jeune homme avait installé une table sur le trottoir et il vendait des petits souvenirs, drapeaux, fanions, sifflets, bracelets...

«Combien pour le bracelet?»

Le jeune homme me toise, il réfléchit, il sourit et dit 5$. J'aurais dû protester tout de suite, c'est la coutume... J'entre chez le dépanneur pour passer au guichet automatique. Il n'y en a pas.

«Je vais te dépanner, me dit le dépanneur. Qu'est-ce que tu veux? Vingt dollars? Donne ta carte, je vais te le donner. Mais il faut que je te charge 50 cents.

- Ah oui? Et pourquoi? J'achète un journal...»

Je retourne au jeune homme et je lui offre 2$ pour son bracelet. Il rit de bon coeur et commence à me trouver sympathique. C'est comme ça qu'on se fait des amis.

Les amis sont sortis des cafés et restaurants par centaines à la fin du match. Surtout des jeunes, avec des pétards.

Notre communauté algérienne est jeune, les filles ne portent pas le voile, elles s'habillent à l'occidentale, les hommes ne portent pas de barbe. Plusieurs jeunes étaient vêtus du maillot de Bouguerra, qui est sans doute la star du foot algérien.

Le message était souvent le même: «Nos joueurs ont été attaqués en pleine rue en Égypte. C'est comme si les joueurs du Canadien étaient attaqués dans les rues de Boston. Et la FIFA n'a rien fait! C'est scandaleux! Inacceptable! Maintenant le monde a vu! Le monde entier a vu la force de l'Algérie! Vive l'Algérie!»

Et ça vous donnait du «mon ami» et du «mon frère» ...

Les femmes plus âgées chantaient leur complainte, des voitures arrivaient de partout en klaxonnant, plusieurs taxis faisaient partie de la parade, les policiers félicitaient les vainqueurs...

Tout ça a bien sûr causé un énorme embouteillage dans le coin en fin d'après-midi. Vous étiez peut-être dedans...

 

Source: http://www.cyberpresse.ca/opinions/chroniqueurs/ronald-king/200911/19/01-923019-rue-barree-pour-cause-de-foot.php

Les commentaires sont fermés.