Les Algériens fiers de leurs Verts

Pour la seconde fois en deux semaines, le Petit Maghreb a vécu samedi dernier une journée folle. Les Algériens ont envahi la rue Jean-Talon pour fêter la victoire des siens sur la Zambie dans un match comptant pour les éliminatoires combinées CAN/Mondial 2010.

 

Comme leurs idoles devant les redoutables Chipolopolo zambiens, les supporters algériens se sont brillamment illustrés, puisque les célébrations à Montréal ont trouvé écho auprès de l’ensemble des médias nationaux. Nulle part ailleurs on n'a noté plus belle communion entre les amateurs du ballon rond et des policiers! Il fallait le faire!
Tout s’est déroulé sans excès ni débordements. Les scènes de liesse qu’on a récemment vues suite à la victoire sur l’Égypte se sont à nouveau répétées. Les « One, two, three, viva l’Algérie » ont retenti dans le ciel montréalais. Encore une fois, Saint-Michel a pris l’allure d’un quartier d’une ville méditerranéenne passionnée de football.

Exploit des Fennecs en terre africaine
Le match Zambie-Algérie a tenu en haleine les nombreux Algériens rassemblés dans les cafés de la rue Jean-Talon. Dès 7 heures du matin, donc une heure avant le début de la rencontre, le populaire café 5 Juillet affichait salle comble. Idem pour le mitoyen Sable d’Or. Certains footeux sont même venus d’Ottawa.
Au fil des minutes qui s’égrènent, les spéculations allaient bon train. De temps à autre, un inconditionnel des Fennecs se transformait en expert pour énoncer une théorie sur la tactique du onze national. Un autre fustigeait le milieu offensif de l’Entente de Sétif, Lazhar Hadj Aissa, qui aurait « abandonné ses frères, préférant se prélasser sur une plage tunisienne. »

Sitôt la rencontre terminée, la nervosité laissa place à une explosion de joie. Les Fennecs ont réédité un authentique exploit, le même que leurs aînés, la grande équipe des Madjer, Menad, Maroc, Bensaoula, Assad et consorts, avaient réalisé en 1985. La bande à Yazid Mansouri revient victorieuse de l'antre de Chililabombwe. Les Chipolopolo et leur entraîneur français Hervé Renard ont été finalement domptés.
Il faut dire que bien du monde appréhendait le périple des Verts en Afrique australe. Les Zambiens se présentaient comme l’outsider du groupe C. Ils ont obtenu un nul probant chez les champions d'Afrique en titre, l'Égypte. Mais nos représentants ne se sont pas faits surprendre. Ils ont même majestueusement géré la rencontre.

Le premier but algérien est un chef-d'oeuvre du genre. Un coup franc, un exercice devenu une spécialité de nos joueurs, exécuté par Karim Ziani et la remise d’Abdelkader Ghezzal trouve la tête de Bougherra à l'affût. On connaissait la tour Madjid, les fans algériens ont découvert Bougherra le goléador!
Ce n'était pas le seul coup d'éclat de l'enfant de Dijon, puisque c'est lui qui repoussa une balle sur la ligne des bois gardés par Lounès Gaouaoui. Sur le dégagement qui s'en suivit, Ziani herita d'une balle presque anodine. Le lutin marseillais lance alors Rafik Djebbour. Ce dernier, après une superbe course, sert sur un plateau l’autre Rafik, le Lorientais Saifi. C’est le break. Le reste n'est qu’une formalité. L'Algérie mène 2-0.
La fin du match révèle un Gaouaoui des grands jours. Grâce à ses parades héroïques, la défense tient bon. Les Verts arrachent une victoire convaincante malgré quelques ultimes soubresauts des protégés de Renard.

La balle est dans le camp de…Canal Algérie
Beaucoup d’Algériens ont bon espoir qu’après des années de disette, la présente campagne pour le Mondial est la bonne. Les Fennecs ont affiché une force de caractère qu’on ne leur connaissait pas, surtout quand on pense que le dernier triomphe hors de leurs bases remontait à six ans, de surcroît chez le voisin nigérien qui ne passe pas pour être un foudre de guerre. Pour rappel, le match de 2003 s’est soldé par une victoire étriquée (1-0).

Cette fois, le fameux « syndrome guinéen » parait bien loin, tant nos représentants ont fait preuve d’un état d’esprit de guerriers à l’image du métronome Khaled Lemmouchia. La question des dissensions entre pros et locaux ne se pose plus. En outre, avec l’apport envisagé de Mourad Meghni (Lazio Rome) et de Hassan Yebda (Benfica Lisbonne), deux anciens champions du monde cadets sous les couleurs françaises, c’est toute l’équipe qui va prendre du tonus. Un autre ex-champion du monde U-17, le gardien clermontois Mickaël Fabre, est également pressenti pour plus tard, ainsi que le milieu de terrain du FC Nantes Djamel Abdoun.  

Seul couac: la non-retransmission systématique des rencontres de l’EN par la chaîne satellitaire algérienne Canal Algérie. Il en était de même pour le match de Chililabombwe. Comme d’habitude, on n’a eu droit qu’au différé.
Ainsi, une nouvelle fois, l’ENTV a laissé les nombreux amateurs du ballon rond vivant hors du pays accrochés aux lamentations du commentateur...égyptien de la chaîne ART Sport. Éternel problème qu'on ne peut expliquer exclusivement par les lois du marché, sachant que la demande existe bel et bien au sein de la diaspora algérienne.
À voir les réactions sur les forums virtuels algériens, cette demande est forte. Certains, comme ce compatriote de Louisiane, évoquent une intervention des pouvoirs publics afin de mettre fin au monopole du groupe saoudien ART (chaînes à péage) sur la retransmission des rencontres de notre sélection en dehors du territoire national. La diaspora algérienne, principal pourvoyeur en joueurs de l'EN, mérite certainement mieux. 

Voir le reportage photo