Femmes des rues, au ban de la société algérienne

Depuis ses 18 ans, Linda vit dans les rues d'Alger. Cette jeune femme originaire de Ouargla, dans le sud du pays, en a aujourd'hui 28. "Je suis une guerre", souffle-t-ell. Son visage doux et rond enveloppé dans un hijab rose contraste avec ce caractère forgé par dix ans de vie sans toit. A la sortie de l'orphelinat algérois auquel sa belle-mère adoptive l'avait confiée à ses 11 ans, elle s'est enfuie pour éviter un mariage forcé. Il y a sept ans, elle a eu un enfant avec un homme dont elle ne veut plus parler, une "grosse bêtise" qu'elle ne regrette pourtant pas car c'est bien la seule chose qu'elle ait choisie. Son fils Zacaria a vécu trois ans avec elle puis elle l'a placé dans une famille d'accueil. La vie dans la rue était trop dure pour un enfant.

Musulmans en Occident : perception et employabilité

La crise financière actuelle a non seulement fait surgir le spectre du protectionnisme, mais a aussi déterré les vieux démons de la préférence nationale dans l’embauche. La situation socioéconomique des immigrants en Occident, en particulier celle des musulmans, qui posait déjà problème en période de vaches grasses risque de faire les frais de ces temps de disette. Mais quel est le portrait de ces musulmans en terre d’Occident ?

Une étude de l’IRPP sur les difficultés d’insertion en emploi des Maghrébins: Entre aveu d’échec et rhétorique sexiste

Des filtres d’interprétation compromettent grandement l’intégration des immigrants originaires du Maghreb dans la société québécoise. Tel est le principal enseignement qui émerge de l’étude de l’Institut de recherche en politiques publiques (IRPP), rendue publique la semaine passée. Certaines recommandations n’ont pas convaincu une partie de l’assistance.

Immigration: des consultants véreux par milliers

La SCCI, qui réglemente et accrédite les consultants en immigration, dévoilait cette se­maine une campagne de sensibilisation ironique intitulée Un seul pschhh et devenez Canadien!Attention aux con­sultants en immigration peu scrupuleux. L’année dernière, rien qu’au Canada, plus de 6 000 d’entre eux auraient conseillé illégalement des candidats à l’immigration. En comparaison, seulement 1 480 sont accrédités par la Société canadienne de consultants en immigration (SCCI) et peuvent légalement exercer le métier.

Le printemps berbère de 80: Le mea culpa de l’Islam se manifestera-t-il un jour en Afrique du Nord?

Dans quelques semaines, le peuple amazigh fêtera le 29ème anniversaire du printemps berbère. Le bilan des acquis n’est pas réjouissant. En effet, ces derniers sont maigres et fragiles. D’un côté, on n’est plus dans l’époque des censures sordides. Tamazigh est exprimée fièrement par ses enfants. D’un autre côté, le pouvoir demeure silencieux voire indifférent face à la revendication de base qui fera toute la différence dans la construction d’une Algérie authentique, juste et plurielle. Le pouvoir central et les islamistes travaillent d’arrache-pied pour éradiquer les derniers bastions de la revendication. Les deux camps travaillent de concert en se cachant derrière l’Islam. Comme si on ne pouvait pas être berbère et musulman. Certains Berbères, aveuglés par le paradis de l’au-delà ou le gain facile, sont tombés dans le piège ou jouent le jeu de ceux qui tentent par tous les moyens d’effacer leur identité. Il est temps pour l’islam de se démarquer de ces magouilles et de respecter les civilisations qu’il a trouvées dans les pays qu’il a conquis dans la plupart des cas par l’épée.

La liste maghrébine ou la conscience troublée d’Israël

Bacel Feradj, le cameraman algérien mort lors des récents évènements à Gaza, n’est pas le seul Maghrébin tué par les Israéliens ou, pour le moins, avec leur concours. Retour sur des crimes dont les auteurs n’ont jamais répondu de leurs actes devant la justice. Dans l’un d’eux, il est question d’une piste montréalaise.

Les Maghrébins de plus en plus tentés par l’aventure

À la veille d’une crise financière, que tout le monde juge inéluctable, et d’un rétrécissement conséquent du marché de l’emploi au Québec, la mobilité professionnelle prend de plus en plus d’importance. Elle devient une donne, avec laquelle il faudra dorénavant compter. Les Maghrébins n’échapperont pas à cette nouvelle réalité.