Saint-Bernard-de-Lacolle: des centaines de réfugiés traversent illégalement la frontière à pied

Chaque année, des demandeurs d’asile entrent illégalement au pays en empruntant des voies non contrôlées. Le chemin Roxham, à Saint-Bernard-de-Lacolle, est une des principales routes privilégiées par ces réfugiés en quête d’une vie meilleure au Canada.

En 2016, 350 d’entre eux ont traversé la frontière à pied en passant par le chemin Roxham, estime un agent de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) qui effectue de la surveillance sur cette route.

Le phénomène s’est accentué lorsque Donald Trump a été choisi comme candidat du Parti républicain jusqu’à son élection en novembre, précise le policier, qui a requis l’anonymat.

Depuis quelques mois, la GRC patrouille le long de la frontière 24 heures par jour, 7 jours par semaine, en portant une attention particulière aux points d’entrée sans poste frontalier.

Alors qu’il était passé de 156 à 269 au cours des deux dernières années, le nombre de demandeurs d’asile interceptés par les agents de la GRC et conduits au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle a augmenté de 393% entre le 1er avril et le 31 décembre 2016. Un total de 1057 personnes entrées illégalement au pays y ont été amenées. Comme il s’agit du plus important poste frontalier terrestre de la province, c’est l’endroit où le plus grand nombre de réfugiés sont amenés au Québec.

C’est la façon dont la loi est conçue qui explique cette situation, pense cet agent. Ces réfugiés ne peuvent pas demander l’asile à partir d’un poste frontalier. Ils sont donc contraints d’entrer illégalement pour le faire. En fait, ils veulent se faire intercepter.

Motifs
Plusieurs fuient un conflit armé, explique l’agent de la GRC. D’autres, originaires du Tchad ou de l’Érythrée, par exemple, travaillaient en Arabie saoudite avant de perdre leur emploi. Ils ont alors été expulsés du pays et mettent le cap vers les États-Unis pour fuir le service militaire obligatoire qui les attend dans leur pays d’origine.

Ces réfugiés obtiennent un visa d’étudiant ou de touriste pour entrer aux États-Unis. Plusieurs d’entre eux avaient entamé des procédures pour y demeurer, mais tentent leur chance ici par crainte d’un durcissement des politiques d’immigration chez nos voisins du sud.

Entrée
Ils arrivent au bout du cul-de-sac de la Roxham road, du côté américain. Ils traversent ensuite la frontière à pied et se font aussitôt intercepter par la GRC. En l’absence des policiers, des caméras permettent de surveiller la frontière et ils sont aussitôt avertis que des individus ont fait intrusion illégalement au Canada.

«Ils sont très coopératifs, affirme un autre agent de la GRC rencontré sur le chemin Roxham. La majorité d’entre eux savent ce qu’ils doivent faire. Ceux qui ne veulent pas se faire prendre ne passent pas par ces passages non contrôlés. Ils ne sont pas agressifs et ils savent comment se comporter.»

Voisins
Pierre Sigouin habite sur le chemin Roxham depuis 17 ans. Son terrain donne directement sur la frontière avec les États-Unis. «On voit des familles avec un ou deux enfants qui marchent dans la rue et qui traînent leurs valises, raconte-t-il. Il est arrivé qu’un d’eux me demande: “Are we in Canada?” M. Sigouin n’a jamais été embêté par ces gens. «Ça n’a jamais été aussi sécuritaire, il y a toujours de la police», dit-il.

Une autre résidante du chemin Roxham, Susan Heller, a remarqué une plus grande présence des policiers depuis environ un an. Un de ces réfugiés s’est déjà adressé à elle pour lui demander un verre d’eau. Il lui a aussi demandé d’appeler la police pour qu’elle vienne le cueillir.

Le phénomène n’inquiète pas cette femme qui est plutôt agacée par le va-et-vient incessant des autopatrouilles. «C’est la police qui est invasive avec ses gros véhicules qui roulent parfois très vite», déplore-t-elle.

François Doré, un ancien policier de la Sûreté du Québec qui habite ce secteur depuis une quinzaine d’années, a lui aussi été témoin de ce phénomène.

«Ce sont souvent des familles, avec des femmes, des enfants et des bébés qui marchent avec leurs valises qui portent souvent le @<Ri>tag<@$p> de l’aéroport de Plattsburgh», rapporte-t-il.

Qu’arrive-t-il aux réfugiés par la suite?
Le rôle de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) est de déterminer la recevabilité des demandes d’asile en vertu de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés. Cette procédure comprend une entrevue, la prise des empreintes digitales et de photos ainsi qu’une vérification de sécurité et du casier judiciaire du réfugié. Ces personnes sont ensuite relâchées pour la suite des procédures.

«Le fait de demander l’asile n’est pas un motif de détention, explique Jacqueline Roby, porte-parole de l’ASFC. La décision de détenir une personne est prise en tout dernier recours.»

En date de septembre 2016, 20 889 demandeurs d’asile étaient en attente d’une décision du gouvernement canadien, affirme Christian Tessier, conseiller principal en communications à la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada. Des 12 195 demandes d’asile réglées de janvier à septembre 2016, 7579 ont été acceptées (62%), précise-t-il.

10 pays de provenance des demandeurs d’asile à Saint-Bernard-de-Lacolle:
Érythrée
Soudan
Syrie
Yémen
Roumanie
Tchad
Azerbaïdjan
Mauritanie
Arabie saoudite
Turquie

(Entre avril et décembre 2016. Source : ASFC)

Source: Journal Metro 26 janvier 2017

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir