Expulsion d’un groupe d’étudiants internationaux algériens à leur arrivée à Montréal

« Les décisions sont prises au cas par cas en fonction des circonstances individuelles de chaque voyageur », explique l’Agence des services frontaliers du Canada - Photo : iStock / Samuel Brown NG

Une vingtaine d’étudiants algériens inscrits dans des universités québécoises ont été déportés vers leurs pays après leur arrivée à l’aéroport Pierre-Elliott Trudeau de Montréal.

L’information a commencé à circuler sur les réseaux sociaux et fait grand bruit depuis la fin de semaine.

Radio Canada International a pu confirmer auprès du consulat d’Algérie à Montréal qu’un groupe d’étudiants a été déporté.

Une partie a été retournée sur un vol d’Air Algérie qui a opéré un dernier vol de rapatriement des ressortissants algériens bloqués au Canada depuis la fermeture des frontières algériennes en mars dernier.

L’autre partie arrivée lundi sur un vol de la Royal Air Maroc, a été déportée vers l’aéroport de Casablanca, ville par laquelle elle a transité en venant d’Algérie.  Ce groupe a été pris en charge par le consulat algérien de Casablanca et l’ambassade de leur pays.

Une partie des étudiants refoulés a été retournée sur un vol d’Air Algérie – Photo : Samir Bendjafer / RCI / Archives

 

Contactée par Radio Canada International, l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a expliqué qu’« elle ne peut pas donner de commentaires sur des cas particuliers. »

Les agents auraient décelé des incohérences dans les déclarations des étudiants. Certains auraient changé de programmes d’études contrairement à ce qu’ils avaient choisi pour l’obtention de leurs visas.

D’autres n’avaient pas les ressources financières qui leur permettrait de vivre au Canada. La non-maîtrise du français ou de l’anglais par certains aurait éveillé les soupçons des agents frontaliers.

Bien que le consulat d’Algérie se soit porté garant pour héberger certains étudiants le temps qu’ils finalisent leurs dossiers, l’ASFC les a déportés.

« À leur arrivée à un point d’entrée canadien, les voyageurs doivent démontrer à un agent des services frontaliers de l’ASFC qu’ils satisfont aux exigences d’entrée au Canada. Les voyageurs doivent avoir des documents qui fourniront des détails sur la raison de leur voyage, la durée de leur séjour, ainsi que toute autre information qui pourrait être pertinente pour justifier la raison pour laquelle leur voyage est non discrétionnaire. Lors de l’évaluation de l’admissibilité, les agents des services frontaliers de l’ASFC prennent en considération tous les facteurs pertinents avant de prendre une décision, notamment le but de votre voyage au Canada … Les décisions sont prises au cas par cas en fonction des circonstances individuelles de chaque voyageur », a expliqué l’Agence dans sa réponse aux différentes questions de Radio Canada International.

L’Agence des services frontaliers du Canada n’a pas confirmé s’il y a eu des directives particulières pour resserrer les contrôles des étudiants internationaux.

 

https://www.rcinet.ca/fr/2021/01/13/expulsion-dun-groupppe-detudiants-internationaux-a-leur-arrivee-a-montreal/

 

 

Commentaires   

0 #3 ke 15-01-2021 06:39
:sigh: le climat est vraiment malsain en ce moment on se demande si ce n'est pas un complot.
condamnation judiciaire d'un livreur algérien pour soi-disant antisemitisme:https://bit.ly/2LqAIwX
licenciement de 2 joueurs de l'om:https://bit.ly/2XIEx36
Citer
0 #2 dongfeng 14-01-2021 14:46
d'autant plus curieux que les cegep recherchent des étudiants, les effectifs diminuant.
https://bit.ly/3oKt9PL
Citer
0 #1 garage 14-01-2021 12:58
Nous observons ces derniers jours une forte augmentation des cas de refus d’entrée au Canada pour les étudiants algériens qui veulent poursuivre leurs études dans les établissements scolaires canadiens. Les raisons de refus sont multiples et différentes. Nous sommes en attente d’explications des autorités compétentes concernant ce phénomène d’expulsions qui prend de l’ampleur.
Le Canada est-il en froid avec l’Algérie? Les autorités algériennes accréditées auprès du gouvernement canadien doivent demander des éclaircissements. Les étudiants algériens et leurs familles doivent avoir des réponses claires pour qu’ils puissent prendre leurs décisions et partir étudier sous d’autres cieux si le Canada ne veut pas d’eux.
Par Wahid Megherbi pour LA VOIX DU MAGHREB
https://bit.ly/39z3bso
https://cutt.ly/RjbBQci
https://bit.ly/2LQvCtG

je vais evoquer une autre piste par l'outarde liberée.
https://bit.ly/38HEMRX
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir