Un jeune est abattu en voulant protéger un ami

Un Montréalais de 20 ans a connu une fin tragique vendredi dans un parc d’Hochelaga-Maisonneuve, à deux pas de chez lui, quand il a été tué par balle en prenat la défense d’un ami dans un conflit qui a dégénéré.

« Y’a pas de mots. C’est difficile de voir son fils mourir avant les parents, a laissé tomber Rabah Saib, le père de la victime. Je voudrais pouvoir prendre sa place. Mais qu’est-ce que vous voulez ? C’est à cause d’un furieux qui a sorti son arme et a tiré dessus. »

Quelques heures auparavant, vers 1 h, son fils Nassim se faisait atteindre d’au moins un projectile alors qu’il se trouvait au parc Théodore, non loin du Stade olympique.

Son appartement se trouve à moins d’une centaine de mètres de la scène de crime.

« J’ai entendu un gros bruit, puis des cris et des pleurs d’une jeune fille, a rapporté une témoin de la scène, qui a préféré ne pas donner son identité par peur du tireur. Elle s’est approchée de moi pour me demander mon téléphone et elle disait : “Ils ont tué mon ami” ».

Une provocation

Selon plusieurs jeunes du quartier avec qui Le Journal a pu s’entretenir, Nassim Saib aurait pris la défense d’un de ses bons amis après qu’un conflit a éclaté.

Une provocation de la part du tireur aurait apparemment été le motif de la bagarre.

À un moment, le suspect aurait sorti une arme pour faire feu sur la victime et finalement prendre la fuite. Le jeune homme de 20 ans se serait éteint dans les bras d’une amie, dans le parc.

« C’est vraiment une bonne personne qu’on vient de nous enlever. Pourquoi tirer sur quelqu’un ? Pourquoi se promener avec un gun ? » s’est désolé un ami du défunt, Mahzar Aslam.

Introuvable

Un périmètre de sécurité a été érigé pour permettre aux enquêteurs de la police de Montréal d’en savoir plus sur cet homicide.

Un maître-chien a aussi été mis à contribution pour ratisser le secteur et tenter de retrouver un suspect, qui était toujours introuvable vendredi soir.

Des techniciens en scène de crime ont passé une bonne partie de la journée sur la scène à la recherche d’indices.

« On ne sait pas c’est quoi le problème qui peut arriver quand notre garçon sort à l’extérieur », a soufflé Rabah Saib, souhaitant que le meurtrier soit arrêté « avant qu’il fasse d’autres victimes ».