Explosion des crimes haineux au Québec et au Canada

Des policiers présents près de la grande mosquée de Québec lors de l’attentat du 29 janvier 2017. Une vague de dénonciations de crimes haineux avait suivi.

OTTAWA | Le nombre de crimes haineux rapportés aux policiers québécois a explosé de 50 % l’an dernier, particulièrement contre les musulmans après l’attentat à la grande mosquée de Québec.

C’est ce que révèlent de nouvelles données publiées par Statistique Canada jeudi.

Il y a eu 489 crimes haineux déclarés par les différents corps policiers québécois en 2017, contre 327 l’année précédente.

Selon l’agence fédérale, le nombre de crimes contre les musulmans a presque triplé en un an, passant de 41 en 2016 à 117 en 2017. Ceux contre les Noirs, les Arabes et les juifs ont aussi augmenté.

« En février [2017], le mois suivant la fusillade au Centre culturel islamique de Québec, le nombre déclaré de crimes haineux contre les musulmans a atteint un sommet, représentant 26 % des affaires ciblant les musulmans déclarées pour l’année au Québec », constate Statistique Canada.

Montréal au sommet

Au cours des derniers mois, des croix gammées ont été notamment dessinées sur des voitures à Montréal.

C’est d’ailleurs le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) qui trône pour une première fois en 10 ans au sommet du palmarès des crimes haineux rapportés (256), devant les services de Toronto (221), de Peel (158) et de York (138), en Ontario.

Une donnée qui n’étonne aucunement Herman Deparice-Okomba, directeur du Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence.

« Les policiers sont de plus en plus sensibilisés et formés pour détecter les crimes haineux. Le SPVM a créé une unité consacrée à ce type de crime par exemple, et ça envoie le message qu’on prend ce phénomène au sérieux. »

Partout au Canada

Le phénomène ne se limite malheureusement pas juste au Québec. Dans l’ensemble du pays, il y a eu plus de 2000 crimes haineux l’an dernier, contre 1409 en 2016 et 1362 en 2015. La moitié ont eu lieu en Ontario.

« Une augmentation des chiffres peut s’expliquer par une hausse du nombre de signalements par le public (par exemple, en raison d’efforts de sensibilisation communautaire de la part de la police ou d’une prise de conscience accrue après des événements très médiatisés) ou elle peut découler d’une croissance réelle de l’étendue des crimes haineux commis », peut-on lire dans le rapport.

Mais l’ampleur du problème est toujours loin d’être connue, nuance M. Deparice-Okomba, qui juge qu’il y a entre 60 et 90 % des gens qui ne rapportent toujours pas les crimes haineux.

Crimes haineux au Québec l’an dernier

  • 145 cas selon la race ou l’ethnicité
  • 55 envers des Arabes ou des Asiatiques de l’Ouest
  • 37 contre des Noirs
  • 23 à l’endroit d’ethnicités multiples
  • 30 autres cas d’ethnicités ou de races
  • 226 selon la religion
  • 117 contre des musulmans
  • 49 envers des juifs
  • 16 à l’endroit de catholiques
  • 44 autres cas de religions
  • 42 selon l’orientation sexuelle
  • 76 autres cibles

Source : Statistique Canada

https://www.journaldemontreal.com/2018/11/29/explosion-des-crimes-haineux-au-quebec-et-au-canada?fbclid=IwAR32muRnwa59wKUNLeFXnNksw8rs4COv-KjaOHTdQnqB39M1T7CQKCd0smQ

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir