«Quand on me demande d'où je viens, je sais que je n'aurai pas la job»

Salim Kerdougli se fait appeler Sam Kerdougli. Ce n'est pas pour le plaisir de se faire appeler Sam. C'est pour éviter de subir des préjugés et de la discrimination à l'embauche.

Salim, ce n'est pas un nom occidental, explique-t-il. « Si je dis que je m'appelle Salim Kerdougli, on ne va même pas me convoquer en entrevue à cause de mon origine ethnique, c'est sûr et certain. » Et Sam Kerdougli ? « Ça peut être hongrois ou autrichien... »

Au Québec, la discrimination dans l'accès à l'emploi des candidats d'origine maghrébine est réelle. Selon Statistique Canada, le taux de chômage chez les Québécois originaires du Maghreb est de 11,5 %, comparativement à 5,6 % pour l'ensemble de la population.

Salim Kerdougli, contacté sur Facebook, a accepté de nous accorder une entrevue. Pour raconter son histoire, bien sûr. Mais aussi pour faire taire les mauvaises langues. Celles qui disent qu'il abuse du système et qu'il se plaint pour rien.Depuis que les médias ont rapporté sa victoire contre La Vie en Rose, condamnée à lui verser 5000 $, on le traite de « profiteur » et de « pleurnicheur » sur les réseaux sociaux. Rien pour calmer son sentiment d'injustice.

Salim, ou plutôt Sam, est né en Algérie. Il est arrivé au Québec avec sa famille à l'âge de 10 ans, il y a 29 ans. Il a fait ses études secondaires dans une école publique du Plateau Mont-Royal. Son cégep aussi : technique en logistique. À sa sortie de l'école, il a eu plus de mal que ses amis et ses condisciples à trouver du boulot. Et il était aussi moins bien payé.

« Je gagne 25 000 $ de moins par année que la plupart des anciens étudiants de mon cours. Pourtant, j'étais un des meilleurs de ma cohorte. » - Salim Kerdougli

QUATRE PLAINTES

En 2014, il était à la recherche d'un emploi, après avoir travaillé cinq ans chez SNC-Lavalin. Il a passé plusieurs entrevues d'embauche. Et chaque fois qu'on lui demandait d'où il venait, il savait que ça n'irait pas plus loin. « C'est très déstabilisant comme question. Quand on me la pose, je sais que je n'aurai pas la job. »

Un jour, il en a eu assez et l'a écrit sur sa page Facebook : « Encore une fois, une question sur mon origine ethnique. Encore une fois, je n'ai pas eu le poste. Voyons donc ! » La femme de son oncle lui a suggéré de porter plainte au Tribunal des droits de la personne. « Parfait, dit-il. J'ai passé l'entrevue chez Alstom, je n'ai pas eu le poste, je les ai poursuivis. La Vie en Rose m'a posé la question, je l'ai poursuivie. » En 2015, Sam Kerdougli a déposé quatre plaintes contre quatre employeurs potentiels qui lui avaient demandé d'où il venait lors d'une entrevue d'embauche.

La première visait La Vie en Rose. La deuxième, Alstom, qui a depuis vendu sa division énergétique à GE. La troisième, Aliments Multibar. Et la dernière, Access International.

Les deux premières causes ont été entendues le 20 novembre 2017 par le juge Yvan Nolet. Les décisions ont été rendues le 22 mars et le 6 avril.

Sam Kerdougli réclamait 75 000 $ à La Vie en Rose : 50 000 $ en dommages moraux et 25 000 $ en dommages punitifs. Le Tribunal des droits de la personne a conclu qu'une somme de 5000 $ était « adéquate pour compenser les dommages moraux » qu'il avait subis.

Dans l'affaire de GE (anciennement Alstom), M. Kerdougli réclamait 100 000 $ : 50 000 $ en dommages moraux et 50 000 $ en dommages punitifs. Il a obtenu 4000 $.

« Je ne suis pas d'accord avec ces décisions, affirme-t-il. Pour moi, la seule façon de combattre la discrimination, c'est d'imposer de grosses amendes. J'ai le goût de prendre cet argent et de le déchirer. Je n'ai pas fait ça pour faire de l'argent. »

« ÇA ME FAIT MAL »

La décision dans l'affaire des Aliments Multibar, entendue récemment, devrait être rendue sous peu.

Quant à la quatrième cause, contre Access International, elle n'a pas été retenue parce que l'employeur a nié avoir demandé à M. Kerdougli l'origine de son nom.

« Quand tu as deux CV, un Martin Tremblay et un Sam Kerdougli, et que les deux ont la même formation et les mêmes compétences, c'est normal pour un employeur québécois de choisir un Martin Tremblay, explique-t-il. Mais chez Alstom [GE], ils ont engagé une personne qui a un diplôme français avec de l'expérience en France, alors que moi, j'ai un diplôme québécois et de l'expérience au Québec. Ça me fait mal.

- Qu'est-ce qui vous satisferait ?

Qu'il n'y ait pas de discrimination. Surtout pour les jeunes qui sont nés ici, qui s'appellent Mohammed, qui ont étudié ici et qui sont diplômés.

- Trouvez-vous les Québécois racistes ?

Oui. Jamais je n'oserais généraliser. Mais il y a un pourcentage très élevé de gens racistes pour une société qui n'a pas à l'être. J'entends trop souvent : "Moi, j'aime pas les Arabes, mais toi, t'es correct." Faut arrêter ça. »

http://www.lapresse.ca/affaires/entreprises/201804/23/01-5162076-quand-on-me-demande-dou-je-viens-je-sais-que-je-naurai-pas-la-job.php

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir