Une femme voilée fait le saut en politique avec Québec solidaire

Pour la première fois de son histoire, le Québec pourrait voir une femme voilée se présenter aux élections provinciales d’octobre. La militante féministe Ève Torres vient de déposer sa candidature à l’investiture de Québec solidaire dans la nouvelle circonscription de Mont-Royal–Outremont.

Devant la grande fenêtre d’un café de la rue Van Horne, le foulard rose de l’aspirante candidate tranche sur la mocheté de ce balbutiement de printemps. Impossible de le manquer, ce hidjab. Ève Torres en convient, mais elle entend régler la question de sa « diversité » une fois pour toutes. « Je ne fais pas de la polémique, je fais de la politique », dit avec humour cette Franco-Québécoise dans la quarantaine.

Et même si « le vivre ensemble, c’est [s]on truc », ne comptez pas sur elle pour débattre uniquement des questions identitaires ou des personnes racisées. « Je ne suis pas une candidate qui porte un foulard et qui forcément doit prendre la parole sur des enjeux d’identité ou des questions religieuses. On a d’autres choses à dire. »

À son avis, il serait même « intelligent » d’emmener les gens ailleurs, même si elle sait que ses adversaires joueront cette carte pour la discréditer. « Ce sont des stratégies péquistes, essentiellement, et la CAQ aussi jouera là-dessus, mais […] c’est assez. Ça suffit, la campagne politique autour de l’identitaire, et c’est ce que j’aime avec Québec solidaire. On y va avec les droits et la justice sociale, avec ce souci que tout le monde fait réellement partie de la société », dit celle qui est coordonnatrice à LaVOIEdesFemmes.

L’amour des gens

Ces derniers mois, cette mère célibataire de trois enfants est de ceux qui ont fait pression sur le Directeur général des élections pour que soit changé le règlement interdisant à une personne portant un couvre-chef de se porter candidat, ce qui fut fait. Encore au prix de parler du voile qui recouvre ses cheveux. Mais ça, Ève Torres l’a déjà fait plus qu’à son tour. Dans des cégeps, des syndicats ou sous forme d’activités de bibliothèques vivantes : elle a raconté maintes et maintes fois sa vie et ses choix. « Posez-moi toutes vos questions ! » qu’elle disait.

Les réactions les plus dénuées de jugement lui venaient des enfants dont elle s’occupait durant ses années d’éducatrice et de directrice de centres de la petite enfance (CPE), à Montréal-Nord et à Laval. « Les enfants me disaient : "C’est beau tes cheveux en fleurs" lorsque je portais un foulard fleuri. Ou : "C’est comme un feu d’artifice" quand j’avais un foulard brillant. »

Les réactions sont plus mitigées sur le terrain, mais Ève Torres a une arme secrète : elle aime les gens. Pour vrai. Un amour des gens qui lui vient de ses nombreuses années de bénévolat, où elle a milité pour les femmes et la diversité, participé à la mise sur pied des premiers CPE dans Montréal-Nord, organisé des soupers de Noël avec des personnes âgées et des itinérants et des campagnes pour convaincre les minorités visibles à donner du sang. « Aucune discussion n’est impossible », se plaît-elle à répéter, en disant avoir hâte de parler plus amplement avec l’importante communauté hassidique de sa circonscription.

Née dans le sud de la France, Ève Torres a grandi en banlieue parisienne avant d’immigrer au Québec il y a 20 ans. C’est ce Québec qui la « passionne » qu’elle veut faire cheminer, au-delà des malaises que peut créer sa « diversité ». « Je ne suis pas en colère. Je suis quelqu’un qui est dans la construction. Je fais confiance aux gens », dit celle qui se préoccupe d’éducation et de santé. « J’assume ma pluralité. Je suis Française d’origine espagnole, musulmane, avec une très forte attache à la culture maghrébine, et je suis Québécoise. Il n’y a ni concurrence ni rien qui ne fonctionne pas. C’est ce qui fait ma force. Je suis capable d’assumer mon identité. C’est d’ailleurs ce dont le Québec a besoin. »

https://www.ledevoir.com/politique/quebec/524424/une-premiere-candidate-voilee-aux-prochaines-elections

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir