Oui à la mosquée de Ground Zero

L'histoire n'est pas nouvelle. Un vent d'opposition s'était levé lorsqu'un projet similaire avait été présenté à Brossard à une certaine époque. Dans le Tennessee, la communauté de Murfreesboro jongle avec un projet similaire de centre culturel islamique. Lors qu'apparurent les premiers débats communautaires, on argumentait les problèmes de stationnements, de circulation, de voisinage.

 

Depuis le 11 septembre 2001, on ne se gêne plus. Les vannes sont toutes grandes ouvertes. Nous avons à faire à un débat bariolé de haine, de racisme et de préjugés alimentés par l'industrie de la peur et le mythe du 11 septembre 2001. Mon collègue Richard Martineau s'est donné la peine de scruter à la loupe les écrits de l'Imam en charge du projet de New York. Bref, il s'agit d'un homme ouvert, sympathique, mais ayant une vision conservatrice sur certains points de la doctrine théologique. On s'interroge donc sur l'extrémisme potentiel du projet. N'est-ce pas une «insulte» à la mémoire des 3 000 victimes de Ground Zero ? La publicité d'un groupe républicain est assez éloquente : «Help us KILL the Ground Zero MOSQUE». Il ne manque que l'appel de Richard Coeur de Lion pour la Croisade! Voilà, le lien est fait. Il n'y avait qu'un pas. Arabe = Musulman = Islamisme = Terrorisme.

Que dire alors d'un Marc Ouellet qui fait la promotion de l'infériorité des femmes et du retour au «bon vieux temps» où l'Église forniquait avec l'État ? D'ailleurs, parlant de conservatisme, Stephen Harper préfère s'émouvoir de 2 ou 3 femmes voilées à l'aéroport que de rapatrier le seul enfantsoldat de l'histoire à être traduit devant un tribunal illégitime qui compte sur la torture pour incriminer ce Canadien. En voilà une manchette, une vraie.

Un maire solide

Mais pour revenir à Ground Zero, je tiens à féliciter le maire de New York. Un homme qui a tordu la machine est se gardant au pouvoir malgré les dispositions du «term limit». Un homme passionné, un apôtre de New York. Il s'est tenu debout dans l'adversité et le populisme facile à la Sarah Palin. Certains auteurs ont décrié l'industrie de la culpabilité et de la honte entourant l'Holocauste. Et bien à voir aller les républicains et les tea-baggers, on constate que cette peur profite à ceux qui n'ont d'autres alternatives que d'attiser les foules. L'État de l'Arizona en est un bien triste exemple avec sa chasse aux immigrants, prétextant le lien direct avec le commerce de la drogue. Sarkozy a fait un lien similaire en s'attaquant dernièrement aux Roms, ces descendants des gitans d'une autre époque.

La réalisation de ce centre culturel islamique à proximité de Ground Zero est un projet merveilleux. Il deviendra une thérapie collective pour les New-Yorkais et le peuple américain. On s'apercevra - tout bonnement - que l'ouverture de ce centre n'aura pas créé le bogue de l'an 2000. Il n'arrivera tout simplement «rien». Ce qu'il ne faut jamais oublier, c'est cette liberté de croire que nous devons garantir à tous sur notre sol. Renier ce droit viendrait miner les fondements de notre société. Dans ce dossier, la société d'accueil doit se montrer plus sage que le grenouillage de quelques agitateurs. De quoi s'inspirer pour la venue d'un tel centre à Montréal et dans nos villes en régions !

Source: CANOE.CA

Les commentaires sont fermés.