Interview de M.Thomas Mulcair Député NPD d'Outremont

Monsieur Thomas Mulcair est porte parole du Nouveau Parti Démocratique au Québec. Il a été élu triomphalement député d'Outremont sous la bannière du NPD. Il fut Ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs de 2003 à 2007 tout en occupant le siège de député de Chomedey pour le Parti Libéral du Québec.

Auteur de la loi sur le développement durable au Québec, il a toujours été un fervent partisan de la préservation de l'Environnement. Jouissant d'une grande popularité, il est réputé proche des communautés culturelles. Il a toujours mené les combats politiques nécessaires pour apporter des changements adéquats, bénéfiques à toute la société.

Lors de l'interview, M.Mulcair a réaffirmé son attachement à ses principes qui rejoignent ceux de son parti le NPD. Il a eu l'amabilité de répondre à nos questions pour éclairer davantage la communauté maghrébine sur les sujets d'actualité.
 
L'interview a été réalisé par Wahid Megherbi pour KSARI.COM.
 
Wahid Megherbi: Que faut-il au nouvel immigrant, récemment installé au pays, pour se revendiquer citoyen canadien à part entière?
Thomas Mulcair: Outre les aspects proprement juridiques qui viennent avec la reconnaissance de notre citoyenneté, comme  par exemple notre droit de voter, il y a des choses que l'on peux faire pour compléter le processus pour faire partie entière de la société.
Le Canada a toujours maintenu les liens avec la culture et la langue d'origine du citoyen d'où qu' il vienne. Ce que l' on vise le plus, c'est de s'assurer que l'ensemble des immigrants puisse participer pleinement à la société. Pour ce faire, la chose la plus importante à mon sens, c'est de se familiariser avec les institutions, que ce soit au niveau civil, politique ou juridique. C'est aussi important de s'impliquer dans une formation politique pour connaître les enjeux, que de permettre à nos enfants de s'intégrer dans des groupes sportifs pour qu'ils se sentent une partie indissociable de l'environnement qui les entoure.

W. Megherbi: Les nouveaux immigrants ont de la peine à permettre des activités sportives à leurs enfants, puisqu'ils ont de la peine à se trouver un travail. Ne trouvez-vous pas que, pour certains immigrants, les portes de l' emploi leurs sont fermées?
T. Mulcair: Oui c'est une évidence, le Nouveau Parti Démocratique (NPD) a eu l' occasion de faire une présentation devant la commission Bouchard-Taylor où il a attiré l'attention sur les statistiques qui tendent à confirmer le fort taux de chômage des immigrants. Nous avons dit que la non reconnaissance des compétences était la source première de la pauvreté chez cette frange de la population.
En ce qui concerne la communauté maghrébine, proprement dite, il y a un très grand problème de chômage qui étonne; d'autant plus que l'on sait que les maghrébins maîtrisent déjà le Français en arrivant, pour la majorité d'entre-eux. C'est un atout majeur par comparaison aux autres immigrants qui doivent apprendre la langue française pour intégrer le milieu du travail. C'est une obligation de veiller à la reconnaissance des diplômes et d' aider les nouveaux immigrants à mettre toutes les chances de leur coté pour leur réussite professionnelle.
 
 
W. Megherbi: Si le NPD accède au pouvoir quelles sont ses priorités pour permettre à cette gent immigrante de réussir son intégration et d' améliorer ainsi son sort?
T. Mulcair: Nous mettrons en place une institution qui va veiller à accorder l'équivalence des diplômes sur une base beaucoup plus ouverte que ce qui est proposé par les Conservateurs. On a déja commencé à Cote des neiges et Outremont en mettant en place dans chacun de ces arrondissements de Montréal, des structures qui permettent la reconnaissance des diplômes et mettre en place aussi des passerelles entre la formation qui a été faire par l'immigrant dans son pays d'origine et l'équivalence ici au Québec.
Au moment où l'on se parle, nous sommes entrain de se priver de compétences de qualité, ce qui engendre un taux élevé de chômage. C'est toute la société qui en pâtit.
 
W. Megherbi: Vous avez été à l'origine d'un projet pilote d'évaluation des titres étrangers de compétences, de quoi s'agit-il?
T. Mulcair:  Le NPD s'engage à mettre en place le projet pilote qui fera appel à des experts habilités à évaluer, objectivement, les compétences; et travailler avec les Ordres professionnels au niveau de chaque province. Malheureusement, il y a un peu de balkanisation; c'est très parcellaire d'une province à une autre. A titre d' exemple l'arrondissement de Cote-des-neiges possède plus de 135 origines différentes. 
 
W. Megherbi: Les accommodements raisonnables ont fait l'objet de débats fort intéressants l'année passée; pensez-vous que les recommandations du rapport de la commission Bouchard-Taylor seront appliquées sur le terrain?
T. Mulcair:  Même si certaines choses qui ont été entendues lors des audiences de ladite commission étaient regrettables voir même inacceptables; cela avait au moins le mérite d' exister. C'était un exutoire qui a permis de mettre tous les points de vues sur la table. Avoir des gens aussi expérimentés que Monsieur Bouchard et Monsieur Taylor pour tamiser tout celà. Nous avons un rapport qui nous appelle à plus d'ouverture et de compréhension. Moi je pense que le gouvernement a l'obligation de donner suite aux recommandations de cette commissions. Nous, au NPD nous ferons en sorte que ces recommandations deviennent une réalité. Le parti Libéral du Canada n'a même pas daigner se présenter devant la commission Bouchard-Taylor; cela prouve tellement ils sont en manque d'idées. Nous n'avons pas peur du choc des idées.
 
W.Megherbi:  Vous êtes réputé proche des communautés culturelles; quel message lancez-vous à la communauté maghrébine au Québec?
T.Mulcair:  La majorité des maghrébins au Québec ont un niveau d'éducation élevé. Notre système actuel a tort de ne pas mettre à profit, adéquatement, ce vivier de compétences. Je lance à la communauté maghrébine un message d'espoir. Nous sommes engagés au NPD de tout faire pour reconnaître les diplômes obtenus par les immigrants dans leurs pays d'origine. Ainsi, nous pourrons réduire le fléau du chômage.
 
W. Megherbi:  Pourquoi faudrait-il choisir votre parti plus qu'un autre si un immigrant décide de s'impliquer politiquement?
T. Mulcair: Nous avions toujours eu des positions claires et courageuses. Le N.P.D. a eu une position ferme et constante contre l'implication du Canada dans la guerre en Afghanistan. Nous sommes les seuls à avoir cet avis contre tous. Nous nous élevons, également, contre le projet de loi de l'immigration du gouvernement de M. Stephen Harper, qui vise à fermer la porte à double tour. Il y a des familles qui ne pourront plus jamais se réunir; la réunification familiale va devenir, quasiment, impossible. Malgré ces annonces alarmantes, les libéraux de M. Stephane Dion n'ont émis aucune protestation. Le N.P.D. a été constant et fiable sur ce dossier là. Nous prônons une immigration ouverte; le Canada doit rester un pays ouvert. C' est ce qui nous différencie du Parti Libéral du Canada.
 
W. Megherbi: Avez-vous un message pour les lecteurs de KSARI.COM?
T. Mulcair: Je tiens à féliciter les gens qui sont à l'origine de ce journal. Je leur offre tout mon encouragement, et j' espère avoir l'occasion de vous lire souvent. Je trouve que KSARI.COM est un bel organe d'information pour la communauté maghrébine ici au Québec.
 
W. Megherbi:  Nous vous remercions Monsieur Mulcair d'avoir répondu à nos questions.
T. Mulcair:  Merci de m'avoir permis d'être parmi les premières personnes à être interviewées par votre journal.