Farid Salem, un Québécois fier de son algérianité

Le long parcours de Monsieur Salem reflète une continuité dans l'esprit et l'âme de ses actions. Un regain de ferveur épaissit les traits de son visage lorsque l'Algérie est citée. Il conte l'histoire de son pays de naissance avec passion. Fervent partisan de la souveraineté du Québec; il ne renie pas ses origines pour autant. Ses souvenirs rappellent un monde séculaire où les traditions écrites et orales demeurent gardiennes d'un héritage millénaire. Il prône une coopération plus accrue entre l'Algérie et le Québec. Son désir ardent de voir les Algériennes et Algériens évoluer, brillamment, est le fruit d'une démarche ancrée dans une foi déterminée.

D'un ton calme, M.Salem nous développe sa façon de voir en répondant à mes questions pour éclairer les fidèles lecteurs de KSARI.COM.

Wahid.Megherbi: Monsieur Salem vous avez une position tranchée sur un sujet épineux lorsque vous vous réclamez non pas comme Algérien au Québec mais un Québécois d'origine algérienne. Qu'en est - il exactement de cette position singulière?
Farid.Salem: Ma position n'est pas aussi singulière que ça, elle est la conséquence de mon expérience vécue au Québec depuis mon arrivée il y a de cela près de vingt ans. Je me suis impliqué au sein de la communauté algérienne établie à Montréal et dont le nombre avoisinait les quelques milliers. Il y avait deux ou trois associations qui activaient dont la plus connue, l'association Aurès. Je me suis aperçu , après trois années, que nous étions en train de créer un ghetto et reproduire, ici au Québec, une image rapetissée de la société algérienne ; on faisait fausse route. Je me suis décidé d'aller vers la société d'accueil en m'impliquant à titre bénévole dans différents organismes dans le but de mieux comprendre la structure de la société québécoise.
J'ai compris que nous, Algériens, avions besoin des Québécois qui étaient disposés à nous apporter tout le soutien nécessaire pour notre insertion; et que nous pouvions, à notre tour, leur être d'une grande utilité aussi grâce à notre apport si riche et varié.
A vrai dire, les Québécois ne nous connaissaient pas et nous ne les connaissions pas; il y avait un fossé qui nous séparait et il était temps de se connaître pour mieux se comprendre. Il fallait se mettre en mode québécois pour en hériter les bienfaits et surtout ne plus revivre les soubresauts des conflits existentiels qui ont mené le pays à une impasse.

W.Megherbi: Pensez-vous que beaucoup d'Algériens établis au Québec ont épousé vos thèses ?
F.Salem: Récemment encore, des Algériennes et Algériens ont revendiqué leur québécosité avec force et persuasion; ils ont intervenu pendant la commission Bouchard pour clamer leur appartenance à cette société sans pour autant renier leurs origines. Nous venons de faire des pas de géants car dans un passé récent beaucoup rechignaient à se revendiquer québécois . Je pense que ma façon de voir a fait des émules ,elle a porté ses fruits.

W.Megherbi: Les Québécois de souche , ceux qui ont réalisé la révolution tranquille ont plus de moyens médiatiques pour porter leur voix . Ont-ils fait assez d'efforts pour nous adopter?
F.Salem: Personne ne doit adopter l'autre, les choses sont claires. Les Québécois ont bâti ce pays au bout de quatre cent ans , cela n'a pas été facile . Ils ont édifié une démocratie qui permets aux ressortissants de nombreux pays de jouir d'une qualité de vie précieuse.
On est venus ici avec nos familles pour s'épanouir et partager nos valeurs avec un peuple qui essaye , avec courage, de rester debout pour ne pas disparaître dans un océan anglophone , pas souvent amical. Nous sommes ici pour consolider l'édifice québécois , qui reste fragile ; la langue française se trouvera menacée si nous ne lui accordons pas toute notre attention. Et il se trouve que les algériens sont de fervents francophones .

W.Megherbi: Les immigrants Algériens ont choisi le Québec pour venir participer à l'édification de la société québécoise et ils se retrouvent , pour une partie d'entre eux exclus du monde du travail, qu'en dites- vous?
F.Salem: Je ne nie pas l'existence du taux de chômage ,anormalement élevé, qui caractérise la communauté algérienne et maghrébine en général. On vit actuellement sous le règne d'un gouvernement qui n'a pas mis sur la table assez de ressources pour faciliter l 'intégration au travail. Il devrait mettre d'emphase sur des moyens plus conséquents pour de meilleurs résultats.

W.Megherbi: Le chef d'entreprise québécois qui dirige , seul , sa compagnie peux ne pas recruter des personnes maghrébines pour des raisons subjectives . Que préconisez-vous pour amener cette personne à changer d'attitude?
F.Salem: Nous sommes en Amérique du Nord , et de ce fait , un chef d'entreprise recrute la personne qui correspond au profil recherché pour un poste précis. Par contre, au niveau de la fonction publique, les choses doivent bouger .
Je refuse de me mettre en mode de victimisation, mais j'en appelle au bon sens de chacun car notre avenir ne doit pas dépendre du bon vouloir de fonctionnaires mais d'un désir fort de rallier toutes nos énergies pour un objectif commun , celui de renverser la tendance du chômage.

W.Megherbi: Qu'elle est la frontière entre l'approche individuelle et l'approche collective pour une intégration réussie?
F.Salem: Nous sommes une immigration récente , la majorité à un niveau d'instruction enviable. Nous devons aller doucement et chacun a sa part de responsabilité. L'intégration est d'abord individuelle ; le changement doit venir de l'initiative personnelle . Le courage et une vision claire doivent être les soubassements de tout entreprenariat qu'elle que soit sa forme , surtout celui qui consiste à se frayer une place de choix dans une nouvelle société.

W.Megherbi: Quel est le rôle de la communauté algérienne pour l'intégration de chaque nouveau immigrant?
F.Salem: Grâce aux efforts des nombreuses associations qui activent dont le but de d'apporter les informations nécessaires et l'accompagnement approprié ; la communauté algérienne est en phase d'acquérir une visibilité qui se doit d'être plus grande dans le futur.
Nous nous devons de donner une image plus positive de nous-mêmes ; c'est ainsi que nous pourrons porter, haut ,nos ambitions et nos valeurs . On pourra, plus rapidement, s'amarrer à la société québécoise ,toujours, prête à nous aider si un tant soit peu nous lui signifions notre désir sincère d'en faire partie.
Nous préserverons notre spécificité algérienne qui ne peux être que complémentaire à la réalité québécoise.