Fête du Québec: Interview avec Mr Malik Hadid, Président du Petit-Maghreb

Le Petit maghreb a organisé une rencontre festive pour célébrer la fête nationale du Québec, elle fut réussie. Nous voudrions en connaître davantage en savoir plus sur la genèse du projet et les motivations de ses initiateurs. Son président, Monsieur Malik Hadid a bien voulu répondre à nos questions pour éclairer nos fidèles lecteurs que nous saluons.

Wahid.Megherbi: Bonjour Monsieur Malik Hadid, nous avons assisté, récemment, à l'organisation de la fête nationale du Québec au Quartier Saint-Michel-Villeray, celle-ci fut possible grâce à votre bienveillante supervision en tant que président du petit maghreb. Pouvez-vous nous dire comment cette idée a germé pour qu' elle soit, enfin, une réalité palpable?

Malek.Hadid: Je tiens à remercier l'équipe d'Algeroweb pour m'avoir accorder cette tribune. Je voudrais, aussi, dire ma joie d'avoir travaillé avec une équipe soudée et dynamique, qui a permis de donner vie à un projet culturel de cette ampleur. Chacun a donné le meilleur de soi, sans oublier, bien évidement l'aide, fort précieuse des autorités de la Ville de Saint-Michel-Villeray avec à leur tète Madame la Mairesse Annie Samson.
Le 24 juin passé fut l'occasion d'exprimer notre appartenance à la société quebecoise. Nous, Maghrébins d'origine, sommes fiers de feter le Québec et sa culture; enchantés de faire partie intégrale de ce Quebec en couleurs. On a feté le 24 juin à la maniere maghrébine, en partageant notre nourriture, notre musique et notre art avec l'assistance, venue nombreuse.

J'ai assisté à la premiere réunion du petit maghreb où l'on m'a proposé d'en assumer la présidence. Devant l'immense défi qui s'annoncait, je n'ai pu refuser car les retombées bénéfiques pour la communauté maghrébine seraient fort précieuses et mon implication devenait de ce fait, un gage de conviction, celui de voir naitre une symbiose forte entre la société d'accueil et la gent maghrébine immigrée au Québec.
 
W.Megherbi: Monsieur Hadid, votre implication tant associative que politique au Québec ne date pas d'hier. Votre parfaite connaissance de la vie montréalaise fait de vous une personnalité incontournable de l'échiquier québécois incluant le volet maghrébin. Pourquoi cette intime implication, vu les sacrifices consentis attenant à cela?

M.Hadid: Je crois que le projet en lui-même est formidable, j' y adhère fortement. Quant à la raison de mon implication personnelle, il faudrait la chercher plus du côté de notre jeunesse d'origine maghrébine, qui mérite que l'on balise le terrain pour elle, que l'on prépare une plate -forme, à même, de lui donner les outils adéquats pour une intégration réussie au Québec.
Quand je suis devant des statistiques arborant un chômage frôlant les 27%, je me dis que la communauté québecoise maghrébine se doit de réagir concretement; celà m'interpelle. Lorsque je constate, amèrement, que les maghrébins disputent la tete du palmares des divorces, celà m'attriste. Sans faire fi,évidemment, du fort taux de scolarité des maghrébins, je me questionne, chaque jour, sur la nécessité de trouver des moyens, utiles et perennes pour endiguer ces fléaux et inverser la tendance de ce triste marasme. 
Pour moi c'est un devoir de m'impliquer et donner de mon temps; on ne peux pas rester les bras croisés sans rien faire. Il faut faire bouger les choses, celà devient impératif pour une intégration réussie de la communauté maghrébine au Québec. La cause à défendre est trés noble.
 
W.Megherbi: Votre bonne connaissance de la situation découle de votre implication constructive et effective dans le monde maghrébin au Québec. Le projet petit maghreb aura -t-il des bébés plus tard?
 
M.Hadid: Le projet en lui-même est bébé, mais nous aspirons à ce qu'il prenne son envol avec l'aide de tous, sans exception aucune. On ne s'attendait pas à recevoir autant de monde lors de la fête du 24 juin. J' ai été agréablement de voir les très nombreuses familles maghrébines, qui sont venues partager avec nous ces moments festifs, précurseurs d'une dynamique qui ira, sûrement, crescendo.
 
W.Megherbi: Monsieur Malik, j'ai constaté la présence de nombreux québécois dits de souche.Qu' en pensez-vous?

M.Hadid: Le petit maghreb se doit de devenir un espace d'échanges, de tolérance, de rapprochement où le citoyen serait le bienvenu quelque soit son origine.

W.Megherbi: Les associations maghrébines, qui sont fort nombreuses ,vous ont-elles aidé?

M.Hadid: Nous avons lancé un appel à toutes les associations pour qu'elles viennent partager avec nous ce grand moment. Nous leur avions offert des tables d'exposition et cela à titre gracieux. Les gens de cultures, les artistes peintres, les céramistes, entre autres, seront toujours, les bienvenus; ils trouveront chez-nous tout le soutien et encouragements; j'en fais la promesse. On aidera la culture maghrébine à s'émanciper, à prendre toute sa place et elle sera, in ch allah, l'émissaire fidèle de ce que nous sommes et surtout de ce que nous serons, plus tard, ici à au Québec et  partout ailleurs.
 
W.Megherbi: Le Québec est une économie dynamique, mais c'est un aussi un vécu culturel. Le Québec c'est  gilles Vignault, Félix Leclerc et tant d'illustres personnages. Ne pensez-vous pas monsieur Hadid que notre intégration devrait être culturelle, avions-nous investis assez pour prendre notre place dans la sphère de culture? 
 
M.Hadid: Je pense qu'une société qui fait la chasse aux sorcières à une frange de sa population ne peut avancer, maghrébins, sommes fiers de notre origine; fiers de notre histoire trois ou quatre fois millénaire, Québec a ouvert les portes pour que nous nous sentions chez  nous, partagions nos valeurs et échangions de ce fait nos atouts respectifs. Celà donnera un mélange culturel, civilisationnel bénéfique avant tout à cette belle contrée: le Québec.
 
W.Megherbi: Qu'avez-vous ressenti chez ces femmes, hommes et enfants, pour la plupart maghrébins. Etaient -ils joyeux de fêter le Québec?
 
M.Hadid: Nous avons beaucoups de choses en commun, nous avons partagé avec les québécois de souche, les mêmes lectures, les mêmes musiques, les mêmes penchants artistiques.
L'élément fédérateur se trouve être la langue française, qui sera j'espère le terreau fertile pour toute initiative et engagement, à même, de rapprocher la communauté maghrébine avec la société d'accueil. Nous partageons le même berceau culturel francophone.
Nous lançons un appel à tous les québécois pour venir partager avec nous nos valeurs de générosité, de partage. Nous, maghrébins, sommes une composante de la nation québécoise et fiers de l'être.
 
W.Megherbi: Les autorités administratives et politiques tant municipales, provinciales et fédérales vous ont-elles aidé?

M.Hadid: Il ya eu un élan de solidarité et d'aide venu de toute part. Le peuple québécois est un peuple généreux, accueillant. Les responsables de la Ville de Montréal et ceux des autres palier du gouvernement, provincial et fédéral, ont mis à notre disposition tous les moyens nécessaires pour la réussite de cet évènement. Ils ont mis la main à la pate.
Je remercie nos amis Haïtiens, Italiens qui furent ravis de nous voir fêter avec eux la fête nationale de nous tous.
Le petit maghreb est représentatif de toutes les composantes maghrébines, marocaine, algérienne et tunisienne; mais aussi à toutes les confessions, musulmane, chrétienne et juive, qui font partie de notre histoire .

W.Megherbi: Qu'avons-nous fait de concret pour occuper la scène médiatique québécoise et défendre notre présence?

M.Hadid: Nous nous devons de faire un effort pour nous faire mieux connaître et faire passer notre message, celui de clamer notre revendication de se  sentir québécois mais aussi maghrébins. On ne peux s'imposer que par le travail, le labeur. La fête de la saint jean baptiste est organisée chaque année et nous tenons à ce qu'elle le soit aussi par la communauté québécoise d'origine maghrébine. J'annonce l'officialisation de notre association Le petit maghreb pour le début septembre.
 
W.Megherbi: Le 1er juillet prochain, le Canada fêtera sa fête nationale, allez-vous la fêter?
 
M.hadid: Notre association est apolitique, sans connotation religieuse. Elle donne la place à tous et nous sommes disposés à répondre à toute initiative qui pourrait avoir des retombées bénéfiques pour toute la population.
 
W.Megherbi: Nous savons, Monsieur Hadid, que le poids des médias peux être déterminant pour défendre une cause ou véhiculer une idée.
Seriez-vous prêts à aider une presse maghrébine qui se défends tant bien que mal et qui aspire à plus de moyens pour plus de résultats?
 
M.Hadid: Nous avons des journalistes maghrébins de talent; qui peinent à trouver les moyens adéquats pour avoir plus de visibilité donc de poids. Nous sommes disposés à soutenir la plume maghrébine, qui sera notre porte-plume fidèle et efficace.
Je suis pour la création d'un Fond de soutien pour nos journalistes et nos artistes. Je défendrai, ardemment le mécénat, qui fera éclore de nouveaux talents et ressortir plein de créations capables de faire rayonner notre culture maghrébine et tendre la main, sincère, au peuple québécois, qui aspire à voir toutes ses composantes travailler fraternellement, ingénieusement pour bâtir un futur sur, coloré mais radieux.

Propos recueillis par Mr. Wahid Megherbi pour Algeroweb.