“Zabana !” au Festival de Toronto. Le film représentera l'Algérie en septembre lors de la 37e édition

Le film algérien Zabana !, de Saïd Ould-Khelifa, représentera, début septembre, l'Algérie au 37e Festival international du film de Toronto (Canada). Le festival est reconnu pour être l'une des plus grosses manifestations cinématographiques mondiales, tant en terme de fréquentation publique qu'en terme de fréquentation professionnelle.

Cheikh El Hasnaoui, déjà 10 ans

À Montréal, vendredi 6 juillet 2012 à 22 h, la radio canadienne CFMB 1280 AM offre une plage horaire pour rendre hommage au grand maître du chaâbi kabyle Cheikh El Hasnaoui, en collaboration avec les journalistes Mourad Mahamli et Madjid BenBelkacem qui ont préparé le programme de chants de la soirée.

Le crime identitaire de Souad Massi

L’exil et la nostalgie font en sorte que tous les artistes algériens qui viennent à Montréal dans n’importe quel cadre font salles combles ou scènes débordées et magnifiques. C’est normal, ils sont les ambassadeurs de la culture algérienne dans sa diversité et sa richesse qui ne laisse personne indifférent. Cependant, il n’y a pas que le mal du pays qui habite d’autres Algériens. Il y a aussi le facteur identitaire qui prend le dessus sur le reste pour la communauté berbère de Montréal. Donc, accueillir, voir, écouter et même communiquer directement avec un artiste algérien et berbère ne ferait que le bonheur de cette frange de la communauté. Et Souad Massi, la Jane baez algérienne ne pourrait être que la bienvenue à la métropole québécoise qu’elle a déjà conquise il y a de cela 8 ans.

Livre Salam ouessant par Azouz Begag

Peut-on écrire qu’il y a des romans d’anciens combattants comme, au temps déjà lointain des "cheveux longs et des idées courtes", la jeunesse acnéique de France se montrait imperméable aux antiennes des anciens qui s’en allaient répétant, ad libitum, ce que fut leur 20 ans héroïque dans le bruit et la fureur des hommes ?

Requiem à Matoub Lounes. Un poète peut-il mourir?

Hier, le 30 juin à 20 h, la voix du chanteur rebelle Lounès Matoub a retenti au Théâtre rouge  du Conservatoire d’art dramatique de Montréal à l’occasion d’un hommage rendu en son honneur par Karim Akouche, Hace Mess, Zahir Ouali et  un panel d’artistes dont des poètes, des chanteurs, une chorégraphe venus d’ici et d’ailleurs.


Sous-catégories