Said Namouh reçoit à Montréal une sentence de prison à vie pour terrorisme

MONTRÉAL - Saïd Namouh a été condamné mercredi à la prison à vie pour son rôle dans un complot terroriste ourdi outre-mer par un groupe affilié à al-Qaida.

 

Selon les procureurs de la Couronne, il s'agit de la deuxième fois dans l'histoire juridique du Canada qu'une sentence d'emprisonnement à perpétuité est donnée puis l'entrée en vigueur des nouvelles lois antiterroristes. La première remonte au mois dernier avec la condamnation du chef de la cellule terroriste surnommée les 18 de Toronto"

Namouh a été trouvé coupable en octobre de quatre accusations liées au terrorisme relativement à un projet d'attentat à la bombe en Allemagne et en Autriche. Les attaques terroristes, planifiées par le Global Islamic Media Front (GIMF), visaient à punir les deux pays pour leur implication militaire en Afghanistan.

L'homme de 37 ans ne sera pas admissible à la libération conditionnelle avant 10 ans.

Le juge Claude Leblond de la Cour du Québec a décrit Saïd Namouh comme étant un individu dangereux qui n'éprouvait encore aujourd'hui aucun remords contrairement à ce qui avait été observé dans d'autres cas de terrorisme au Canada, où certains accusés avaient reconnu leurs erreurs.

Le magistrat a fait remarquer que les efforts de Namouh pour s'attirer les faveurs du tribunal en se présentant à la barre des témoins en novembre avait eu exactement l'effet contraire.

D'aucune façon n'a-t-il pris, depuis ces événements, ses distances d'avec le terrorisme. Sa tentative de manipulation de la Cour lors de l'audition pour la détermination de la peine est révélateur du danger qu'il continue à représenter", a écrit le juge Leblond dans son jugement.

Namouh a été arrêté par la Gendarmerie royale du Canada dans sa résidence de Maskinongé en septembre 2007 depuis laquelle il prenant une part active aux projets du GIMF, un groupe que le tribunal a reconnu comme étant une organisation terroriste.

La détention préventive qu'il a purgée depuis cette date sera considérée dans le calcul de son admissibilité à la libération conditionnelle. Mais il ne pourra pas se prévaloir de ce droit avant 2017.

Parmi les nombreux éléments de preuve contre Namouh figurait notamment un rapport rédigé par la spécialiste du terrorisme américaine Rita Katz faisant état d'une longue liste de cibles variées.

Selon la Couronne, l'homme était sur le point de passer à l'action. La défense a pour sa part soutenu que c'était loin d'être le cas.

Lorsqu'il a été appréhendé par les policiers, il était en voie d'obtenir son visa pour quitter le pays", a fait valoir le procureur Dominique Dudemaine. Il était déjà allé deux fois à l'ambassade alors il était prêt à embarquer (dans l'avion)."

Les preuves présentées durant le procès ont également montré que Namouh passait un nombre incalculable d'heures sur des forums djihadistes et qu'il préparait des vidéos de propagande comprenant des images de soldats occidentaux morts et d'attentats-suicides.

Le Couronne s'est déclarée satisfaite d'avoir obtenu la sentence d'emprisonnement à vie qu'elle avait demandée.

Le message s'adresse aux gens de ce pays mais aussi de l'étranger", a déclaré Me Dudemaine. Vous ne pouvez pas venir au Canada pour mettre à exécution votre plan ici ou ailleurs. Nous ne sommes pas un abri sûr."

Arrivé au pays en 2003, Saïd Namouh est résident permanent. Mais le Canada a déjà entrepris les démarches pour le déporter dans son Maroc natal.


Source: http://actualites.ca.msn.com/national/cp-article.aspx?cp-documentid=23473837