Six tribus kabyles repoussent un bataillon de l�arm�e fran�aise

Date: 27-06-1857
Il y a 155 ans, soit le 27 juin 1857, six tribus de la région de Chellata, repoussent les troupes de l'armée française qui tentaient de pénétrer dans cette région de la Kabylie à partir d'kbou, sur le versant sud du Djurdjura. Cette grande bataille populaire a été commémorée hier par des descendants des valeureux r�sistants � l�occupation fran�aise, notamment par deux citoyens du village Mzeguene, en l�occurrence Me Allaoua Amghar, avocat et fils de chahid et Arezki Mesboua, ancien moudjahid, dans la commune d'Illoula Oumalou situ�e � l�extr�me sud-est de la wilaya de Tizi Ouzou. Un moment de ressourcement au niveau du lieu-dit Achedhadh n�Tizibart, un pic qui culmine � 1 700 m�tres, surplombant le col de Chellata qui offre une vue panoramique sur la dorsale du Djurdjura d�o� se d�tache le pic d�Azrou n�Thour. Un site aujourd�hui calme mais qui a r�sonn� � l��poque des cliquetis des sabres et autres �p�es et des d�tonations des mousquets et autres obusiers ainsi que des r�les des bless�s � mort. Le samedi 27 juin 1857, les habitants des villages Mezguene et Ath la�ziz, qui ont �t� inform�s de l�avanc�e des troupes fran�aises qui voulaient installer un camp au niveau du col de Chellata, lancent un appel aux archs voisins afin de leur demander leur aide pour repousser les colonisateurs, raconte Arezki Mesboua, en se r�f�rant � des archives de l�arm�e fran�aise qui parlent de cette bataille et aux t�moignages transmis de g�n�ration en g�n�ration par ceux qui ont v�cu cet �v�nement historique. Six tribus (ou archs) ont r�pondu � l�appel, � savoir, Ath Ziki, Ath Yedjer, Ath Yetsouragh, Ath Mlikech et celle d�Illoulen dont d�pendent les villages Mzeguene et Ath La�ziz, en envoyant des hommes arm�s. Ces derniers sont dirig�s par sept chefs de guerre dont Agougam Amghar, un armurier de Mzeguene et youcef Ath Mesbah du m�me village. �La division Maissiat �tait � peine install�e dans son camps de Chellata que ses avant-postes avaient � lutter contre de nombreux tirailleurs fournis par les tribus voisines�, note, � cet �gard, un document fran�ais de l��poque. Durant cette bataille, 21 r�sistants kabyles ont trouv� la mort et 51 autres ont �t� bless�s. Du c�t� fran�ais, il y a eu quatre bless�s graves et sept autres bless�s l�gers, dont le lieutenant Geney et les canonniers Gasc, Cormerie et Barreau. Les soldats fran�ais se vengent en br�lant les villages des r�sistants.