Abdelkader, DÉGAGE

El Djdid Habou ou laqdim ma tfarat fih. Aime le nouveau et ne lâche surtout pas l’ancien. Ce dicton ou cet adage nord africain rappelle les gens à un certain ordre moral à l’égard de la source ou l’origine.



On se rappelle très bien, à l’aube de l’avènement de la toile d’information, appelée communément Internet, la majorité des internautes recherchant de l’information relative à l’Algérie n'avaient d'autre source que le site Algerieinfo.com. Aujourd'hui, ce portail a disparu du paysage et peu d'internautes se sont rendus compte que même sa mise à jour se faisait cahin-caha pour ne pas dire bloquée au quatrième sous-sol.

Au Québec, comme partout au Canada, avant-même l’arrivée des autorités consulaires à Montréal, avant-même le débarquement satellitaire de Canal Algérie et bien évidemment bien avant qu'Air Algérie ne pointe son nez à Montréal, l'épopée du site de référence pour tout ce qui a trait à l'Algérie et sa communauté en Amérique du Nord, n'était nul autre que ce portail fort riche et incontournable: Algeroweb!

Depuis plus de treize (13) ans inlassablement et bénévolement, je n'ai eu de cesse de poursuivre avec hargne et souvent avec sagesse la mission d'information. Mais, voilà qu'aujourd'hui, l'information et le flux vertigineux des nouvelles qui nous arrivent, nous met en face d'une réalité: (koul tir yelgha belghah. Chaque oiseau s’exprime par son propre gazouillis).

Quand j’ai mis au monde, comme une bonne femme enceinte, le site web pour la communauté algérienne du Canada, le nom du site web était synonyme de sa vocation. Dire algeroweb.com veut tout simplement évoquer ''espace d’information utile pour la communauté'' assoiffée d’information et de nouvelles.

En 2007, exactement à la veille du dixième anniversaire du site, moi, J’avais envisagé et même donné un début d'exécution au sabordage de ce portail qui m'a donné tant de joie, celle de me rendre utile à ma communauté. Cette menace que je me suis proposé de mettre à exécution n'a pu être mise en œuvre à cause du support qui m'est venu de mes amis fidèles et des nombreux internautes qui m'ont montré leur soutien. Au questionnement de mes amis sur cette fatigue et ce geste suicidaire je répondais tout simplement déclaré, à la façon québécoise, «je pense que j’ai fais le tour du jardin et apparemment, je ne suis plus utile qu’avant».

Un collectif de personnes, que je remercie en passant, s’est mobilisé afin de m’empêcher à aller de l’avant et mettre les clefs sous le paillasson du portail. Je me suis contraint et forcé alors, que j'ai cédé à leur supplique. Et c’est ainsi, et pour me faire pardonner j’ai redonné un souffle nouveau au site.

L’algeroweb est devenu ksari.com. Tout le monde a commencé à donner un sens à l’acronyme. En découvrant la vérité que ksari représente le nom de mon quartier natal, les fléchettes du régionalisme n’ont pas cessé de viser mon dos large.

On aurait pu ’interpréter KSARI comme Kabyles et Sahraouis sont des algériens rebelles et indomptables. Ou Kabyles, Sahraouis et arabes relèvent de l’islam. Autrement dit, Kabyles, Sahraouis et Arabes regroupés sur Internet et ainsi de suite. Malheureusement, certains de mes compatriotes adorent faire mal. Ils aiment cela. Ils aiment s'autodétruire. C'est comme ca. Je le savais. Et je l'ai assumé de nombreuses fois, Ce qui me rappelle le fameux proverbe qu'il me plait aujourd'hui de prendre à mon compte: '' moi je creuse la tombe de son père et lui s’enfuit avec la pioche. Ana nahfar fi qbar babah, houa harabli bel Fèsse. ''

Je suis souvent pointé du doigt. Je suis le premier visé par la critique. Une fois Je suis Progouvernement algérien, parfois ProKabyle, des fois Proislamiste, de temps en temps Provigo, épisodiquement Problèmes et bientôt Propriétaire.

Contre le site qui est, logiquement parlant, au service de la communauté à titre bénévole, certaines associations pratiquent la loi de l’omerta auprès de moi. Elles me boudent et parfois, me boycottent.

Quelques clients payeurs, se comptant sur les doigts d’une main, bien évidemment, font de la publicité sur le site, De ceux-là, la moitié n’a pas réglé les factures depuis bien lurette.

Ces jours-ci, un vent de fraicheur souffle sur le monde, autrefois peureux et poltron. C’est un air plein de petites brises sous forme de points de rosée humidifiant l’haleine et donnant à la voix de la rue, un effluve sensible et réceptif.

Je vous le déclare que j’ai peur. J’ai peur de sortir par la petite porte comme Ben Ali et Moubarak. Je ne veux pas m’accrocher aux deux barres obliques du http. Je ne veux surtout pas devenir l’erreur 404 renvoyée par un serveur pour indiquer que je suis introuvable.

Je veux me dégager de toutes responsabilités du site communautaire KSARI, appelé autrefois algeroweb et passer le flambeau aux personnes possédant du sang neuf non contaminé.

Avant que vous me disiez, Abdelkader Dégage, je vous le demande de vive voix de me dégager. KSARI, le Kiosque de la Sagesse des Algériens(es) Respectables et Intègres vous invite à prendre place en tête de train pas à la traine.

(*)
Écrit par Houari Weldmaraval, le vendredi 18 février 2011. Monsieur Kechad m’a fait part de son intention de passer les commandes du site aux personnes de bon cœur. J’ai eu l’idée de faire ce retour éclair, spécialement pour rendre hommage à ce fouteur de bonnes causes et passer le message aux intéressés.


Veuillez accepter, monsieur Kechad, cet effort amical à titre de respect et de témoignage pour votre implication bénévole dans la communauté.

 


Message d'Abdelkader:

Si vous êtes interessés (ées) à  prendre la relève de ce portail.

KSari a besoin d'une relève jeune!

Si vous avez la corde bénévole, si vous aimez la communication, et si vous êtes étudiant en journalisme ou communication.

Alors prenez contact avec nous à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou envoyez en message par ce lien