CAN 2015 : les questions que soulève le forfait du Maroc

La Confédération africaine de football a retiré, mardi 11 novembre, l'organisation de la Coupe d'Afrique des nations 2015 au Maroc, qui demandait son report par crainte du virus Ebola. Reste à savoir où le tournoi sera disputé.

Pourquoi la CAN 2015 ne se disputera pas au Maroc ?

 

Le Maroc, pays initialement prévu pour organiser la CAN du 17 janvier au 8 février 2015, a annoncé le 10 octobre qu'il souhaitait reporter d'un an la compétition, à cause de la propagation du virus Ebola, qui a fait près de 5 000 morts en Afrique de l'Ouest (principalement au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée).

 

Mardi 4 novembre, la Confédération africaine de football (CAF) a maintenu l'événement aux dates prévues, et a fixé un ultimatum de quatre jours au royaume chérifien afin qu'il revienne sur sa décision. Dans la foulée, elle a ouvert la campagne d'accréditation des journalistes sur son site. La CAF s'est appuyée sur un rapport édité par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) favorable à l'organisation de la compétition au Maroc. Elle a aussi souligné le poids économique de la plus prestigieuse des compétitions africaines. « Il en va de la survie de la CAF », déclarait Constant Omari, membre du comité exécutif.

Samedi 8 novembre, le Maroc est resté campé sur sa position, indiquant qu'il souhaitait « toujours organiser la CAN, mais pas aux dates prévues », ce qui pourrait avoir des conséquences pour la longue bataille juridique qui s'annonce entre l'instance africaine et le royaume. Car, trois jours plus tard, comme l'on pouvait s'y attendre, le conseil exécutif de la CAF, réuni au Caire, a considéré que cette demande de report « constituait un refus d'organiser la compétition » et a décidé que « l'équipe nationale du Maroc [qualifiée d'office en tant que pays hôte] était disqualifiée ».

■ La décision du Maroc est-elle contestable ? Ebola est-il la seule raison ?

Pour justifier son choix, le Maroc a annoncé qu'il privilégiait « la question sanitaire à l'enjeu sportif ». Ce choix peut se comprendre, même si une Coupe d'Afrique ne draine jamais des centaines de milliers de supporteurs, contrairement à une Coupe du monde, par exemple. La CAF lui a opposé deux arguments : le fait que Royal Air Maroc (RAM), la compagnie nationale, maintenait ses vols « par solidarité » vers les pays frappés par le virus Ebola, mais aussi que le Maroc accueille depuis plusieurs mois les matchs et les entraînements de l'équipe nationale de Guinée.

La Guinée est par ailleurs le seul pays – parmi les trois majoritairement touchés par le virus – encore susceptible de se qualifier pour la compétition. Enfin, la décision du Maroc peut être contestée parce que le royaume accueille du 10 au 20 décembre la Coupe du monde des clubs, un mois avant la CAN.

Des journaux algériens ont évoqué la crainte du Maroc de se faire éliminer prématurément dans la compétition et le risque de créer un traumatisme au sein de la population, comme au Brésil lors du dernier Mondial. Mais cette hypothèse paraît insuffisante pour justifier la demande des autorités marocaines.

...

Lire la suite sur LeMonde.fr

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir