Assia Sidhoum Alias « Zidanette »

Désigné « futur Zidane au féminin » par la Fédération canadienne de football, alors qu'elle n'était âgé que de 12 ans, Assia Sidhoum, a confirmé tous les espoirs placés en elle.

Repérée très tôt, cette algéro-canadienne de 20 ans, est comparée sans cesse à son idole Zinedine Zidane. Comme lui elle est numéro 10, comme lui elle a une technique et une vision de jeu hors du commun et comme lui elle est originaire de petite Kabylie, en Algérie. Son parcours parle pour elle. Un itinéraire de jeune surdouée du « foot » parmi l'élite du football québécois, avant d'être repérée et enrôlée par un lycée aux USA (High School) connu pour sa grande équipe de football. Le bac en poche à 18 ans, comme toutes les pépites nord américaines du sport. elle est recrutée, avec bourse d'étude à l'appui par une université américaine qui joue le championnat NCAA (championnat universitaire américain) de « Soccer » comme on dit là bas. De retour au Canada, pour se rap-procher de sa famille après 3 ans passés aux USA elle s'est confiée à Botola par rapport à sa carrière et à sa volonté d'intégrer l'équipe nationale.

Itinéraire d'une surdouée

Assia a beau être magnifiquement intégré au Québec, plus précisément à Sainte-Foy, elle reste très attachée à l'Algérie. son pays d'origine. «Je suis originaire de Beni Ouartilane, wilaya de Sétif par mon père et de la wilaya de Médéa par ma mère. Même si j'ai grandi au Québec je suis très attachée à l'Algérie. »

Assia a été repérée comme techniquement au dessus de la moyenne un an après ses débuts dans le football. « J'ai commencé le foot relativement tard, à 10 ans suivant les traces un peu de mon frère aîné. Il semble que j'étais douée puisque dès l'âge de 11 ans j'étais surclassée. A 12 ans, on m'envoya même jouer des matchs contre les formations de Manchester United et d'Aston Villa U-16 en Europe. Je joue en AAA (championnat de première division élite canadien) depuis mes 13 ans et toujours surclassée. À l'age de 14 ans, j'ai participé aux championnats canadiens des provinces, nous avons obtenu la médaille de bronze. A 17 ans j'ai été repérée et une bourse m'a été accordée pour intégrer le collège Shattuck-St.Mary's au Minnesota, aux USA, qui est un pôle d'excellence du soccer aux Etats unis. Il ne m'a fallu qu'une saison pour convaincre l'équipe universitaire de Niagara University Athletics près de New York, qui est classée 99e au classement NCAA (championnat universitaire) et qui avait une grande équipe de Soccer féminin. J'ai pu bénéficier encore une fois d'une bourse qui m'a permis de concilier football de haut niveau et des études. Cette saison je suis de retour chez moi, au Quebec. Pour ce qui est du championnat universitaire, j'ai opté pour l'équipe de l'UQAM ( université de Montreal) au niveau du circuit universitaire pour le projet et la qualité de l'encadrement. Pour ce qui est de mon choix de club chez les professionnelles, je suis en train de réfléchir parmi toutes les propositions que j'ai. J'ai le temps, car le saison ne commence qu'en Mai ici »

« L'équipe d'Algérie, une grande fierté »

Âgée de 20 ans à peine, cette binationale algéro-canadienne a tranchée en ce qui concerne sa carrière internationale. Cette joueuse techniquement au-dessus de la moyenne, avec une excellente vision du jeu a opté pour les Fennecs d'Algérie, dont son père Hakim est un fan absolu. « L'équipe d'Algérie, c'est une grande fierté. J'aimerais bien porter le maillot des Fennecs, apporter mes qualités afin d'aider à la consolidation de cette équipe. Avec un peu plus de travail et de moyens. je pense qu'elle peut aller très loin. Et pourquoi pas participer à la prochaine Coupe du Monde inchallah. Je pense qu'il ne manque pas grand chose, du talent, il en existe au bled comme au sein de l'émigration. Je suis persuadé que de nombreuses joueuses évoluant à l'étranger sont prêtes à aider à relever ce défi de gagner une CAN ou de disputer ce premier mondial féminin pour l'Algérie. Il ne restera plus qu'à donner les moyens à cette équipe de pouvoir travailler et préparer les futures échéances.

« le foot féminin a encore des portes à enfoncer »

Même si elle évolue dans un continent où le football féminin est roi, Assia nous a confié que des disparités subsistent même là bas : « Le foot féminin a encore des portes à enfoncer.
Même si ici en Amérique on fait beaucoup pour médiatiser ce sport, il y a encore du travail au niveau mentalité. Il ne faut pas se le cacher. la perception que le foot est un jeu uniquement de gars reste tenace. »

Source: BOTOLA Du 13 au 15 mars 2017  (DÉCOUVERTE )

LA FICHE Assia Sidhoum Née le 25/12/1996 à Tunis (Tun) / Milieu / Nationalité algérienne et canadienne

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir