Alerte à la bombe à Concordia: l'accusé avait un examen le jour-même

 Quatre heures avant de passer son examen de microéconomie à l'Université Concordia, Hisham Saadi s'est rendu dans un Tim Hortons du centre-ville de Montréal non pas pour étudier, mais pour envoyer une lettre de menaces très explicites visant à «combattre les musulmans» de l'université, a-t-on appris lundi au procès pour méfait, menaces et incitation à craindre des activités terroristes de Hisham Saadi.

Cette «lettre d'avertissement» aux étudiants musulmans avait provoqué un branle-bas de combat au centre-ville de Montréal, le 1er mars 2017, puisqu'on y menaçait de faire «exploser quotidiennement de petits engins artisanaux amateurs» aux trois étages de l'université «où les musulmans passent leur temps». L'Université Concordia avait été évacuée pendant presque toute la journée, mais les policiers n'avaient finalement trouvé aucun explosif.

«Ils ne peuvent pas causer la mort. Juste des blessures pour quelques musulmans. Des non-musulmans peuvent être des dommages collatéraux. Si Concordia décide d'intervenir les activités musulmanes on va désactiver les engins explosifs», indique la lettre envoyée par courriel à différents médias et organismes, le matin du 1er mars.

On dénonce dans la lettre le «discours souvent anti-chrétien et anti-juif» des étudiants musulmans pendant la prière de vendredi, ainsi que leur utilisation des toilettes de l'université pour «se laver les pieds sur l'évier». Cette lettre était signée par un «chapitre clandestin de C4», le Conseil des citoyens conservateurs du Canada. Notons que la défense admet que Hisham Saadi a rédigé les lettres en français et en anglais, puis les a envoyées par courriel à partir du Tim Hortons.

Arrêté chez lui le soir du 1er mars par le Groupe tactique d'intervention du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Hisham Saadi n'a pas eu même le temps d'enfiler des vêtements. C'est donc vêtu d'une «chienne blanche», laissant voir ses sous-vêtements et son torse que l'homme de 48 ans a été interrogé pendant plus de trois heures dans la nuit du 1er au 2e mars. «C'est un peu scandaleux», lance l'accusé à l'enquêteur, en montrant du doigt ses sous-vêtements bien visibles.

Calme, lucide et coopérant pendant l'interrogatoire, Hisham Saadi explique à l'enquêteur prendre des antidépresseurs et des antipsychotiques pour gérer son anxiété. Inscrit au doctorat en économie en 2015 à l'Université Concordia, il est étudiant libre au printemps 2017, comme il ne suit que deux cours.

On apprend dans l'interrogatoire que l'accusé est musulman de confession druze, mais qu'il pratique «très peu». «Libéral», il affirme respecter les musulmans qui prient quotidiennement. Il répète être «contre tout ce que fait» le groupe djihadiste État islamique. Précisons que la juge Mélanie Hébert n'a pas encore décidé si la vidéo de l'interrogatoire était admissible en preuve au procès. Son visionnement se poursuit mardi matin et devrait clore la preuve du procureur de la Couronne François Allard. L'avocate Caroline Braun pourrait ensuite présenter la preuve de la défense.

 

Source: La Presse

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir