Djaffar Ali Mamer: Une bouffée d’oxygène artistique

"Mère, tant que je suis, l’espoir est là" dira un jeune artiste chaoui en guise de soutien à la Kabylie. Et tant que la relève de qualité est là, la chanson kabyle et même amazighe ne basculera pas dans le pire des folklores.

C’est dans le cadre de la Semaine culturelle Amazighe d’Ottawa-Gatineau que le public amazigh a découvert un jeune talent. Il est question de Djaffar Ali Mamar. Il a à peine 17 ans, mais quand il est sur scène, il s’impose comme un grand expérimenté. Il est capable de reprendre fidèlement les chansons des grands maîtres, mais aussi de rendre son propre répertoire d’une façon admirable, douce et tout simplement professionnelle. Pour mieux le connaitre et le faire connaître, on lui a posé quelques questions.

Djaffar, lors de la semaine amazighe de Gatineau-Ottawa, le public vous a découvert. Pourriez-vous vous présenter?

J'ai fait ma première apparition à Gatineau où y avait beaucoup de monde et c’était un réel plaisir. Je m’appelle Djaffar Ali Mamer. J’ai 17 ans. Je suis de Tizi, dina idekragh. J’ai commencé à chanter à l’âge de 12 ans. J’ai 4 album sur le marché : Asirem (espoir) en 2010,  Tamaghra n tudrine ( fête du village) en 2011, Ghas mezziyagh  (Malgrè mon jeune âge) en 2012 et  Azevg l fetta ( ceinture d’argent) en 2013.

Comment avez-vous commencé à chanter?

J’ai commencé à chanter à l’âge de 12ans. Mon père m’avait acheté des instruments de musique (guitare, clavier, percussion). Avec le temps, j’ai fait quelques cours de guitare et de piano pour m’améliorer. Bouzid Ouhamou, un arrangeur de musique, qui a un studio à la nouvelle ville m’a vu chanter dans un gala. Il a donc proposé à mon père qu’on me fasse un album.

Vous avez à peine 17 ans, mais vous  chantez des textes d’une grande maturité. Qui écrit les paroles?

C’est mon père qui écrit les chansons. Et comme il a beaucoup de textes, j’en choisis ceux qui me conviennent. J’ai la chance d’avoir un très bon entourage, mon père en particulier.

La chanson ‘’A vava’’ (Oh père) est tout simplement magnifique, mais triste. Est-ce une histoire vécue par tes proches?

Cette chanson est un message à tous les parents du monde. C’est un appel pour leur dire non au divorce surtout s’ils ont des enfants. Ils doivent penser d’abord à eux (enfants) et essayer plutôt de trouver d’autres solutions à leurs problèmes. D’ailleurs, certains de mes amis ont vécu ça. C’est malheureux.

Qui compose la musique?

C’est le groupe Izenzaren qui compose la musique, mais pour le prochain album,  j ai décidé de prendre les choses en main et de faire tout seul les musiques.

Avez-vous chanté devant le public en Algérie?

Oui, j’ai déjà chanté un peu par tout en Algérie : Tizi-ouzou, Bejaia, Alger, Setif, Médéa, Boumerdes et Bouira.

Êtes-vous toujours aux études?

Oui bien sûr. Je suis en 1er as, au lycée polyvalent (colonel Amirouche) à Tizi-Ouzou.

Vos impressions sur la semaine culturelle?

Je suis vraiment content d’être invité au Canada pour la semaine culturelle amazighe. J’espère apporter un plus et représenter dignement la chanson kabyle.

Le 14 juin, vous avez chanté lors de l’hommage du CAM aux victimes du printemps noir. Lors de ces événements douloureux, vous aviez  à peine trois ans. Comment avez-vous pris connaissance de toutes les atrocités commises par le pouvoir algériens contre les manifestants kabyles?

Mon père me racontait beaucoup sur le 14juin 2001. Au fur et à mesure que je grandis, j’apprends de nouvelles choses. Akken qaren (tarikh i chehed). Donc, l’histoire, personne ne pourra l’effacer.

Que représente le 20 avril pour vous?

Le 20 avril représente beaucoup pour moi, Ad yerhem rebi wigad yemuten, Ils ont lutté et manifesté  pour l’officialisation de tamazight et la reconnaissance de notre identité. Donc, le combat continue

 

Le 21 juin, vous allez  chanter lors du spectacle de Takfarinas à Montréal. Comment vous sentez-vous?

J’ai hâte de rencontrer la légende de la chanson kabyle (Takfarinas) et je m’attends à ce qu’il y ait beaucoup de monde ce 21 juin. J’ai hâte surtout de monter sur scène. J’espère vraiment être à la hauteur des attentes du public et lui donner du plaisir  lors de cette soirée.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir