USA. Programme «Women 2 Women»: Participation de 13 lycéennes algériennes à Boston

Elles s’appellent Nawel, Farida, Sara, Amel, Hiba, Bouchra ou encore Ghania. Elles ont 16 ans. Ce sont des collégiennes et des lycéennes algériennes. Elles viennent d’Alger, Béchar, Sétif, Bouira et Batna. Elles sont treize jeunes filles qui ont eu l’insigne honneur de se rendre à Boston (Massachusetts, USA) et ce, sous les auspices de l’ambassade des Etats-Unis à Alger.

Et pour cause ! Elles sont les participantes du programme Access Women 2 Women (femmes à femmes) se tenant du 26 juillet au 3 août 2011. Ainsi, une réception a été organisée, hier soir, en l’honneur des 13 participantes au programme «Access Women 2 Women», à la veille de leur départ pour Boston (Massachusetts, USA), et ce, en présence de leurs parents et autres membres de la famille, de Tashawna Bethea, conseillère aux Affaires publiques, Marisa Scott, attachée culturelle, de Nouredine Benbraham, président des Scouts musulmans algériens et avec un invité surprise, le nouvel ambassadeur des Etats-Unis, M. Henry Ensher, qui est en attente de présenter ses lettres de créances au président de la République. Ces 15 lycéennes effectueront un voyage pédagogique d’une semaine entrant dans le cadre du Programme Access «Women 2 Women» (femmes à femmes). Elles viennent aussi de différentes écoles du Programme Access, et avec leur «marraine» elles prendront part au programme qui se déroulera du 26 juillet au 3 août à Boston (Massachusetts, USA).

VALEURS UNIVERSELLES

L’objectif premier du programme «Women 2 Women», proprement dit, est de fournir à des jeunes femmes venant de différents pays, tels que l’Algérie, Bahrein, le Canada, l’Egypte, l’Irak, le Liban, le Maroc, le Pakistan, la Palestine, le Rwanda, l’Ecosse ou encore le Yémen une opportunité d’apprendre et acquérir les capacités de développement nécessaires en vue de réussir et relever les défis et autres challenges ainsi que résoudre les problèmes qu’elles rencontrent tous les jours en tant que femmes. Ces jeunes Algériennes auront ainsi l’occasion de rencontrer d’autres jeunes femmes des autres pays du monde pour un échange et un réel partage. Le programme vise également à donner les moyens aux jeunes femmes de devenir des leaders. Un autre challenge auquel font face les femmes de par le monde.
Dans leurs différentes interventions, ces jeunes filles ont fait montre d’une grande ouverture d’esprit, surtout sur le monde et une certaine conscience quant aux vertus cardinales universelles, comme l’amitié, la fraternité, l’humanisme, la paix et la tolérance, et le respect de l’humain.

JEUNES MAIS CONSCIENTES

Nawel Gouri de Bouira, 16 ans, passant en 1re année secondaire dira : «Je suis contente de participer à la conférence Women 2 Women de Boston. Et parler à des femmes américaines
ainsi que celles des autres pays du monde. Et trouver des solutions en commun aux problèmes dont souffrent les femmes dans le monde…». Ghania de Sétif, 16 ans, lycéenne, exprimera sa joie : «Je suis heureuse de me rendre à Boston. C’est un rêve ! Je serai une ambassadrice représentant l’Algérie.» 
L’ambassadeur des Etats-Unis, Henry Hensher, congratulera les 13 lycéennes algériennes et s’adressant à elles en langue arabe : «Vous êtes des jeunes femmes spectaculaires et extraordinaires. Women 2 Women est un programme le plus prestigieux au monde. J’étais en poste, ici en Algérie, il y a 11 ans. Je suis revenu. C’est une occasion de parler avec tous les Algériens…». A titre de rappel, six étudiants et deux enseignants algériens ont pris part à la 6e édition de la Conférence du Modèle des Nations unies (MUN) s’étant tenue du 3 au 6 févier 2011 à l’hôtel Marriott de Doha (Qatar).

AMBASSADEURS «JUNIORS»

L’ambassade des Etats-Unis à Alger a participé à ce programme pour la 4e fois. Les étudiants et enseignants sont sélectionnés parmi les écoles Access (amélioration de l’apprentissage de l’anglais), notamment l’association Amusaw de Tizi Ouzou œuvrant dans le programme Accesss. La 6e édition de la Conférence du Modèle des Nations unies (MUN) est une initiative organisée par l’université de Georgetown et l’Ecole des Affaires étrangères à Doha. Chaque  année, l’Ecole des Affaires étrangères accueille 350 élèves des écoles de par le monde, à Doha, pour quatre jours de débats aux différents comités du Modèle des Nations unies et d’échanges culturels. Le Modèle des Nations unies (MUN) est une simulation de l’Organisation des Nations unies gérée par des étudiants, où les élèves assument des rôles de diplomates étrangers afin de s’initier à la politique internationale et la diplomatie. Les participants à la conférence du MUN sont des élèves des écoles secondaires du monde entier, qui se joignent au MUN, constitués d’une équipe scolaire de six étudiants et un ou deux enseignants. Il est requis que les lycéens participants (délégués) recherchent à la fois le pays qu’ils représenteront à la conférence ainsi que les thèmes qui seront débattus dans leurs comités assignés. Ce programme vise à être un forum pour les élèves du secondaire engagés pour débattre des enjeux mondiaux actuels et de mieux comprendre le monde de la politique internationale et des décisions politiques. Il s’agit d’offrir un forum estudiantin quant à la pratique de la diplomatie proprement dit et à l’apprentissage de la bonne intelligence, le développement de l’écoute mutuelle et l’encouragement aux actions communes.

Source: El Watan

Les commentaires sont fermés.