Hommage à Lounes Matoub et à Muhend U Yahya. La mémoire contre l’indifférence et la marginalisation

Le Centre amazigh de Montréal (CAM) vient de rendre hommage, au Centre Africa de Montréal, comme à l’accoutumée, au ténor de la chanson kabyle Lounes Matoub, assassiné par une horde islamiste dans les montagnes de Djurdjura, en 1998 et un autre hommage à une autre figure de la contestation, le poète et dramaturge Muhend U Yehya, décédé en 2004.

Matoub Lounes: L’étoile du Djurdjura

14 ans déjà depuis que Matoub est parti. Il a été cruellement assassiné en plein cœur de Tizi-Ouzou un 25 juin 1998. Les criminels l’ont éliminé au pied de ses montagnes qu’il vénérait depuis sa tendre enfance. Une façon à eux de défier toute une région, tout un peuple, toute une cause. La justice algérienne patauge quant à l’élucidation de ce crime abominable. Advenons qu’elle ait mis la main sur les exécuteurs de ce meurtre, pourrait-elle un jour dévoiler l’identité de ses commanditaires? Encore un crime qui s’ajoute à toute une série de crimes qui ont poignardé l’Algérie dans son âme la plus profonde.


Sous-catégories