Les résolutions-santé de l’année…

S’il y a une bonne résolution à prendre en ce début d’année, c’est bien celle d’entretenir son corps. Pensez à votre hygiène de vie, remettez-vous au sport !

La pratique d’une activité modérée et régulière reste on le sait, l’un des meilleurs moyens de demeurer en bonne santé. Elle améliore l’irrigation sanguine, protège les artères, abaisse la tension artérielle et entretient le souffle. Et le sport, c’est bon à tous les âges. Et même les personnes âgées ne pourront que bénéficier de cette mobilisation.

Accroissement de la force musculaire, du sens de l’équilibre et une plus grande liberté de mouvement grâce à des articulations en meilleur état. Sans compter d’autres effets favorables, notamment sur la tension artérielle, le cholestérol et le poids. Idem pour les enfants, même les asthmatiques. Ne les empêchez pas de faire de l’exercice, au contraire ! La natation ou la course à pied réduisent les symptômes de la maladie.

Mais attention, se remettre au sport ne s’improvise pas. La pratique dans un club sportif est le plus souvent subordonnée à une visite médicale préalable. N’essayez surtout pas de l’éviter. Mais si vous décidez, seul, « de vous  y remettre », ne vous lancez pas tête baissée sans une visite à votre médecin.

Il est impératif de choisir un sport qui convienne à votre cas particulier. L’objectif rappelons-le, est de retrouver la forme, l’énergie. Ce n’est pas de vous « casser » ni de souffrir. Il faut donc y aller en douceur, en commençant par des activités physiques tonifiantes. Evitez par exemple, d’entrer en matière avec des sessions de lever de poids ! Encore une fois, vous devez  remuscler votre corps... en douceur. L’effort ne doit pas être synonyme de souffrance.  C’est cela le secret. Sinon, bonjour les méchantes courbatures ou pire, les claquages ou les blessures.

L’activité physique désigne tout mouvement qui donne lieu à une dépense d’énergie. C’est-à-dire qui permet de brûler des calories. Le simple fait de bouger, en somme. Mais encore faut-il en avoir, de l’énergie ! Voici donc quelques conseils pour être en forme :

• Préférez la douche au bain. Elle active la circulation sanguine et réveille le tonus musculaire ;
• Ne sautez jamais le petit-déjeuner, un allié indispensable pour attaquer la journée. Et un « petit-déj’ » complet, c’est un laitage, des sucres lents, un liquide et un fruit. En fait, l’essentiel est de déguster une assiette équilibrée, matin, midi et soir. Avec 5 portions de fruits et légumes par jour vous profiterez d’un maximum de vitamines, vous apporterez à votre système digestif les fibres dont il a besoin, et à votre corps les sucres complexes – contenus dans les féculents – pourvoyeurs d’énergie durable ;
• Enfin, allez chercher votre énergie dans le sport.  Eh oui c’est comme l’appétit, il vient en mangeant. Marche, course à pied, vélo, natation... L’activité physique est votre alliée pour retrouver l’énergie. Elle favorise la circulation sanguine et donc, l’oxygénation de tous vos tissus. Vous stimulerez aussi votre système nerveux. Bref, le sport vous mettra de bonne humeur. Laissez-vous donc tenter !

Pour être bénéfique donc, une activité doit s’intégrer à un mode de vie sain. Elle doit s’accompagner d’une alimentation équilibrée - nous l’avons déjà dit…-  d’une consommation d’alcool en quantités limitées (pas plus de 2 verres par jour pour les femmes et 3 pour les hommes), et de l’abstinence tabagique.

Le cocktail mauvaise alimentation,/sédentarité/tabagisme serait en fait, la cause de 80% des morts prématurées par maladie coronarienne. Quatre-vingt pour cent, vous avez bien lu ! Et au total, un cancer sur trois pourrait être évité par une bonne alimentation, le maintien d’un poids normal et un minimum d’exercice physique.

Que faire en cas de ballonnements ?
Les édulcorants des gommes à mâcher, bonbons ou boissons dites « sans sucre » augmentent la production de gaz intestinaux. Et ils sont par conséquent, sources de ballonnements. Au même titre d’ailleurs que les fibres solubles des céréales complètes, par exemple. Autant éviter d’en abuser… Quant aux remèdes, vous devrez vous en remettre… à l’émission de gaz. C’est en tout cas l’avis des rédacteurs de la Revue Prescrire. Tout ce qui favorise l’émission de gaz hâte le soulagement. Vous voilà prévenus ! A leurs yeux, « se retenir d’aller à la selle ou d’émettre des gaz augmente les ballonnements. » Côté traitement c’est le désert, aucun médicament n’ayant d’efficacité démontrée.

Si de tels épisodes se répètent, mieux vaut en rechercher la cause. Alimentation, chewing-gums et friandises mais aussi parfois, les médicaments. Certains exposent au risque de ballonnements, en particuliers les laxatifs. Vous souffrez toujours ? Prenez l’avis de votre médecin généraliste, il vous prescrira un changement de régime, ou des examens complémentaires.

 

Merci les abeilles
Savez-vous que le miel regorge de bénéfices pour la santé ? En tous cas, on vous l’a beaucoup dit. Aujourd’hui pour la première fois, des scientifiques ont testé sur 25 volontaires les effets de sa consommation régulière. Avec des résultats… alléchants !

Nourriture des dieux pendant l’Antiquité, les hommes se sont toujours servis du miel pour sucrer leurs aliments. Il a même longtemps été utilisé comme médicament. Et chacun connaît son effet bénéfique sur les maux de gorge. Heidrun Gross, de l’Université de Californie à Davis a voulu en savoir davantage. Elle a donc proposé à 25 personnes de consommer quatre cuillerées à soupe de miel, chaque jour pendant un mois.

Elle a ensuite procédé à des prises de sang, qui lui ont permis de constater l’existence d’un lien direct entre la consommation de miel et la présence de polyphénols dans le sang. Des antioxydants, donc. Ces polyphénols, que l’on retrouve également dans les fruits et les légumes, le chocolat ou le vin rouge,  contribueraient à la réduction des risques cardio-vasculaires et de certains cancers. Malgré tout, n’oubliez pas que le miel, si bon et sain soit-il, est à consommer avec modération.

Plus de café, moins de diabète ?
D’après une méta-analyse produite par des chercheurs de  l’université de Sydney en Australie, la consommation de café, de thé voire de déca diminuerait le risque de diabète de type 2.

Les auteurs ont en fait, compilé 18 études menées entre 1966 et 2009, sur la relation entre consommation de café et probabilité de développer un diabète. Il en ressort que la consommation quotidienne d’un petit noir abaisserait  le risque de diabète de 7%. Les gros buveurs  de café  - plus de 3 ou 4 tasses par jour - seraient pour leur part encore mieux protégés : leur risque de diabète serait en effet 25% moins élevé que celui des autres consommateurs  – moins de 2 tasses par jour.

Les amateurs de déca pour leur part, peuvent espérer les mêmes bénéfices   – 30% de risques en moins à partir de  3 ou 4 tasses quotidiennes. Le thé protège également ses amateurs, mais dans de moindres proportions : 15% de baisse seulement. La caféine n’explique donc pas à elle seule, ces effets protecteurs : le pouvoir anti-oxydant de ces boissons et leur richesse en magnésium joueraient aussi un rôle important.

Attention toutefois. Ces conclusions ne valent semble-t-il, que pour les consommateurs exempts de diabète avéré. D’après une autre étude en effet, le café augmenterait la glycémie des diabétiques de type 2.

Destination Santé - http://www.destinationsante.com - Semaine 01-10