Les Algériens sont-ils plus racistes que les Québecois?

Je me suis souvent posé la question de savoir la raison de notre éternel échec, nous Algériens, résidant au Canada ou au Québec. Pour vociférer et hurler nos lamentables protestations, il n'y a personne qui puisse nous égaler. Je ne chercherais même pas à expliquer cela, car ça équivaudrait à sombrer dans un abime de lamentations et rodomontades interminables.

Ceux qui accusent les Québecois de racisme, doivent revoir leur copie; soit ils n'ont pas compris comment fonctionne l'Amérique du nord, soit ce n'est qu'un stratagéme malicieux pour perdurer certains de leurs avantages et empecher certains de leurs ex-compatriotes de monter sur le piedestral de la réussite professionnelle.

D'autres maghrébins réussissent mieux que nous, ils arrivent à se faufiler en travers du filet de sélection et occupent, souvent, de prestigieux postes, tant dans la fonction publique que dans le privé. Leur cohésion et leur entraide ont, fortement, boosté leur stratégie, qui consiste à aller chercher le maximum de diplômes sans faire de vagues, dans la discrétion la plus totale. Sans oublier biensur un réseau d'entraide, rodé à merveille, donnant des résultats plus que probants.
 
Alors que nous, Algériens, on n'arrive même pas à se faire représenter lorsque cela est necéssaire. Notre élite, qui aurait du nous baliser le terrain n'a fait que se drapper dans un silence complice et une retenue douteuse. Les diplomés, anciens et nouveaux, se regardent en chiens de faience, se recroquevillant dans des réflexes de rejet et d'exclusion envers tout ce qui symbolise l'algérie ou leurs ex-compatriotes.
 
Non, les Québecois ne sont pas racistes, nous le sommes surement plus qu'eux, à raison. A chaque fois que je croise le regard d'un Algérien dans le métro ou le bus,  je suis stupéfait par son regard agressif qui me somme, presque, de m'éffacer. Je me suis efforcé à comprendre cet echec chancelant, qui plombe notre réussite future au Canada.

La meilleure façon de se racheter, c'est de faire son Mea-culpa; si vous voulez que les gens de ce  beau pays nous aiment, alors aimons-nous les uns les autres. La tolérence commence, presque toujours par accepter son voisin, mais surtout soi-meme.

Le racisme et l'exclusion sont en nous, elles régissent nos relations, toujours tumultueuses, emplies de préjugés et je dirais même de haine.
Alors  comment expliquer notre incapacité à nous féderer, voir même, à se parler. Cela donne matiere à méditer. L'espoir est toujours permis.

Wahid Megherbi

Commentaires

0 #3 kada 16-11-2011 16:25
Le problème, c'est que tôt ou tard nous aurons tous besoin de quelqu'un............du bled. En cas de maladie, de DC, ou de rapatriement de cercueil. Et je peux confirmer qu'il ya des Algériens ouled al halal. Pas nombreux, mais ils sont tjs là au bon moment. Faites un tour sur mon site, et vous saurez de quoi je parle. Je dis ce que je pense que cela plaise ou non. Pour être franc avec vous, je ne suis à l'aise qu'avec les Algériens. Surtout quand j'ai les blues. Question de complicité. Un café par ci, une blague par là, et la transformation s'opère. Finis les soucis et les problèmes.
Surtout si l'on me parle de Amara, Pons, Lalmas, Timizert et de l'acqueduc, là ou j'ai fait mes premières armes, alors que j'étais jeune normalien.......en rut.


www.lepetitfennec.com
+1 #2 El-Hareb 14-11-2011 00:21
Tu ....... bien les bottes de tes maîtres canadiens. D'après tout ce discours anti-les-notres, tu ne sera que parmi les chanceux, ceux bénis par the canadian. BES
-1 #1 Guest 23-07-2008 22:16
Je me suis moi-même souvent posé la question et je n'ai pas de réponse. je suis au canada depuis 40 ans et je n'ai jamais eu de problème de discrimination.On me jalouse, on me fait de la compétition, on manifeste une frustration personnelle à mon égard mais pas de rejet en tant qu'algérien. Autre paradoxe. dans un rassemblement social ou culturel je me sens à l'aise avec les marocains, mauritaniens, tunisiens et même les séfarades et les pieds-noirs. mais pas avec les algériens.

Les commentaires sont fermés.