Le bon, la brute et nous

L’année 2008 s’est achevée sous le signe des adieux. En somme, nous avons eu droit à deux départs fracassants qui ont même relégué au second plan l’entrée au parlement du premier député de Québec solidaire, son co-leader Amir Khadir.

Ces départs sous les feux de l’actualité n’ont rien de commun : l’un était programmé depuis des années (une sorte de déjà-vu) et l’autre est à ranger dans la catégorie des sorties (au sens propre comme au figuré) spectaculaires, même s’il ne fait pas que des malheureux.
En tout cas, c’est l’impression que nous avons suite à l’annonce de Mario Dumont de jeter l’éponge après les récentes élections provinciales. Lâché par les siens, notamment par certains ténors de l’Action démocratique du Québec (ADQ), et rejeté par une grande partie de son électorat traditionnel, le député de Rivière-du-Loup a compris que ses thèses catastrophistes ne font plus recette. Euréka!
On serait tenté de croire que, finalement, Hérouxville n’a pas fait long feu. Le Québec ne se sentirait que mieux. Les communautés culturelles exultent déjà, elles qui, pendant plusieurs mois, ont subi un terrible marathon intitulé « Accommodements raisonnables ». Dans les médias maghrébins, la peur (de l’ADQ et de son chef) a laissé place à une satisfaction quasi-unanime. Est-ce pour autant la fin du discours basé sur le clivage Nous vs. Vous? Certainement non. Les semaines à venir nous diront où s’en va la troisième formation par ordre d’importance au Québec. L’arrivée aux commandes du maire de Huntingdon Stéphane Gendron est illusoire. Quelqu’un d’autre au discours plus à droite et, chose aisée, à la méthode plus subtile que celle de Mario Dumont pourrait faire des ravages, surtout dans le contexte économique actuel. Nous en sommes prévenus!
L’autre retrait de la vie active ressemble plus à une semi-retraite. J’avoue que j’ai du mal à comprendre les critiques dithyrambiques à l’égard d’une personnalité chargée de lire les nouvelles du soir. Il est vrai que le départ de Bernard Derome ne s’est pas fait dans une ambiance malsaine comme celui de Patrick Poivre d’Arvor, plus connu sous les quatre lettres PPDA, qui fut longtemps la vitrine de la chaîne publique française TF1 et dont l’éviction dans des conditions opaques du JT occupe régulièrement les colonnes de la presse mondaine. Mais de là à dérouler le tapis rouge devant un journaliste presque septuagénaire qui n’a nullement inventé la roue…C’est à n’y rien comprendre.
Faut-il lui ériger des monuments de son vivant? Allons voyons…Des milliers d’employés font leur travail convenablement et avec la même honnêteté sans qu’une pluie d’éloges ne se déverse sur eux le jour de leur départ à la retraite. Il aurait été plus judicieux d’offrir au public un bilan du fonctionnement de leur chaîne publique ou de son service d’information, obligatoirement accompagné d’un exercice de conscience quant à l’ostracisme inexplicable que subissent certaines communautés présentes au Québec. Il faudra attendre longtemps pour un tel geste. Radio-Canada aussi attend son messie. 

Commentaires

0 #4 Guest 05-01-2009 09:22
Bon article, analyse objective, j'espére lire d'autres étoiles de la plume à l'image d'Arezki Sadat.
0 #3 Guest 03-01-2009 09:18
Le texte bien redige pose une question legitime: l'ouverture des medias publics aux Maghrebins. Pour que la deuxieme generation ne connaisse pas les frustrations qu'a connues celle qui l'a precedee. Merci.
0 #2 Guest 03-01-2009 00:41
Monsieur M'hand,
First, j'aurais aimé m'adresser à une personne qui ne se cache pas derrière un pseudo. À part le fait que vous soyez un amateur de la hrissa, le reste n'est qu'emprunt. Je comprends toutefois que le courage n'est pas l'apanage de tout un chacun. Ça viendra avec le temps. Le lien que vous demandez crève les yeux: même génération, même fonction, mais "exits" différents. L'un d'eux est encensé, alors que l'autre a sollicité la justice because un litige avec son ex-employeur. Ceci brièvement.
Je vous conseillerais de laisser les insinuations de côté. Vous n'avez aucune idée des activités des uns et des autres.
Salutations,
Arezki Sadat
0 #1 Guest 02-01-2009 14:28
Bonjour,

C'est koi le lien entre Derome et PPDA, ou juste pour faire l'intello bien informé ... C'est le lien entre la lune et la Hrissa comme dirait un ami.
Ensuite, sérieusement, Derome n'est pas qu'un travailleur convenable et honnête. Il est beaucoup plus que ça. Ce n'est pas en démolissant les autres qu'on pourra emmerger. Derome est un journaliste aec beaucoup de talent, c'est un grand homme de la télévision. Il a 45 ans de metier dans ses cordes. Il a commencé à 19 ans dans le métier. J'en connais qui sont très proche de la retraite et qui n'ont pas encore commencé ...

M'hand Oukaci

Les commentaires sont fermés.