Rapport Goldstone : un document édulcoré pour punir les bouchers de Gaza

Jamais le slogan « la vérité dérange » n’aura pris autant de signification qu’avec le rapport Goldstone censé faire la lumière sur l’opération israélienne à Gaza d’il y a dix mois. Bien des parties voudraient que ce document connaisse le même destin que les nombreuses résolutions intimant à Israël de rendre les territoires occupés.

Tout portait pourtant à croire que le rapport Goldstone allait aisément trouver grâce aux yeux des responsables israéliens et de leurs alliés américains, français et britanniques. On a pris le soin de placer à la tête de la commission chargée d’enquêter sur le terrible carnage de Gaza un Juif sud-africain, le juge Richard Goldstone. C’est à lui qu’échut la direction de la mission d’établissement des faits mandatée par le Conseil onusien des droits de l’homme. Et les faits sont accusateurs pour Israël. Les chiffres aussi : Environ 1500 Palestiniens ont péri pendant les trois semaines qu’a duré l’intervention de Tsahal contre 13 militaires ou colons israéliens morts. Plus de 5000 Palestiniens ont été blessés, souvent dans des bombardements au phosphore blanc. 40 000 maisons ont été détruites. Les photos des victimes et des destructions qui circulent sur le net sont insoutenables.

Dans un entretien accordé récemment à la Radio de l’Armée israélienne et repris par le journal israélien Haaretz, la fille du juge Goldstone a affirmé que « la participation de son père a adouci le rapport sur Gaza. » Nicole Goldstone, qui réside au Canada, en rajoute : « Si Richard Goldstone n’avait pas pris la tête de l’enquête de l’ONU sur la guerre de Gaza, les accusations contre Israël auraient été bien plus dures. Mon père s’est attelé à ce job parce qu’il pensait faire de son mieux pour la paix, pour tout le monde mais aussi pour Israël.» Une sincérité qui n’a pas été du goût des responsables et médias israéliens qui ont d’ores et déjà déclaré le juge sud-africain « Juif obséquieux ». Le vice-ministre des Affaires étrangères, Danny Ayalon, s’est juré de « mobiliser les amis d’Israël à l’ONU, notamment les États-Unis et divers pays européens, pour que ce rapport soit purement et simplement enterré. »   

À première vue, ce sont les Palestiniens et les organisations des droits de l’Homme qui auraient dû s’inquiéter du choix du juge pour s’occuper du dossier gazaoui. « Sans vouloir remettre en cause la personne du juge, nous nous interrogeons toujours autant pour savoir si la nomination de cet homme était bien morale et raisonnable pour juger du génocide de Gaza? Est-ce pour condamner les crimes commis à Auschwitz quelqu’un aurait pensé une seule seconde à prendre un sympathisant de l’armée nazie? », s’est demandé le Collectif Cheikh Yassine, du nom du leader palestinien assassiné par l’armée israélienne. Les critiques les plus acerbes sont, cependant, venues des officiels israéliens. Pour certains, les recommandations de la commission Goldstone entravent le processus de paix au Proche-Orient. (sic!)
 
On ne voit pas comment le problématique rapport pouvait nier des crimes contre une population civile démunie et assiégée. « La mission est arrivée à la conclusion que des actes assimilables à des crimes de guerre et peut-être par certains aspects à des crimes contre l'humanité ont été commis par les Forces israéliennes de défense », ont reconnu les cinq juges qui, pendant des mois, se sont penchés sur les tragiques évènements de l’hiver dernier. Pour l’instant, le rapport sur l'offensive de Tsahal dans la Bande de Gaza demande aux deux belligérants, Israël et le Hamas, de mener des enquêtes indépendantes pour punir les responsables de crimes de guerre. En cas d'impossibilité d'enquêter dans les six mois, le rapport préconise la saisie du procureur de la Cour pénale internationale par le Conseil de sécurité de l'ONU.   

C’est cette dernière éventualité qui fait tressaillir les dirigeants israéliens. Leurs tentatives de bloquer par différents moyens l’approbation du rapport Goldstone par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies n’ont pas rencontré le résultat escompté. Des pressions énormes ont été exercées sur le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, qui un temps a pensé rejeter les conclusions véhiculées par le rapport. Le tollé général qu’il a suscité a eu raison du vieil apparatchik palestinien. Finalement, le document a été approuvé à la mi-octobre. Sur les 47 membres du conseil, 25 ont voté pour l’adoption, 6 (dont les USA) contre, 11 se sont abstenus et 5 n’ont pas pris part au vote. Parmi les abstentions, outre « la perfide Albion » des Gordon Brown et David Miliband, il faut noter celle de la soi-disant patrie des droits de l’homme, la France de Nicolas Sarkozy et de Bernard Kouchner, des hommes qui sont en train de travestir des idées aussi nobles que celle de la protection des droits des opprimés.

Même si l’approbation du rapport par le conseil onusien le renvoie devant l'Assemblée générale des Nations unies à New York et auprès de son secrétaire général Ban Ki-moon, pour le transmettre au Conseil de sécurité, des craintes fondées se sont ravivées quant à des poursuites contre les personnes responsables du massacre de centaines de personnes, dont des femmes et des enfants.
Le tocsin de la lutte contre l’impunité a-t-il sonné ? Personne ne peut le dire avec certitude. Heureux celui qui peut prédire la suite de la procédure. Une chose est sure : nous pourrons croire aux promesses d’un « plus jamais Gaza ! » le jour où ceux qui ont perpétré des crimes inhumains seront punis.

Commentaires

0 #1 Guest 22-10-2009 04:04
Le choix du juge G. est en effet un probleme en soi. Mais la verite est difficile a cacher. Le peuple de Gaza a ete decime sous le regard de la communaute internationale. Merci pour cet article.

Les commentaires sont fermés.